Bourse Zurich: le SMI cède une partie des gains

vendredi, 26.06.2020

La Bourse suisse perdait de sa superbe vendredi à l'approche de la mi-journée. Après une entame en trombe, l'indice phare SMI a perdu l'essentiel de ses gains.

A 10h50, le Swiss Market Index (SMI) progressait encore de 0,22% à 10'113,90 points.(Keystone)

Après une entame en trombe dopée par la clôture positive de Wall Street la veille, l'indice phare SMI avait perdu l'essentiel de ses gains, alors que se concrétisent les craintes liées à une deuxième vague d'infections au Covid-19.

Les marchés semblent "déconnectés" de la réalité économique, atteignant des sommets malgré la récession mondiale provoquée par la pandémie et pourraient subir une sévère correction, a mis en garde le Fonds monétaire international (FMI) dans son dernier rapport sur la stabilité financière mondiale.

"La crise sanitaire aux Etats-Unis est un problème, mais elle n'a eu qu'un modeste impact sur les marchés hier", commente David Madden, de CMC Markets dans sa note matinale. Et de rappeler l'augmentation du nombre de contaminations dans plusieurs Etats, qui ont amené notamment les autorités du Texas et de Floride à mettre leur déconfinement en mode pause.

Au chapitre macroéconomique, le déficit public de l'Italie a atteint 10,8% au premier trimestre, alors que la péninsule a été durement affectée par la pandémie. En France, l'indice de confiance des ménages a rebondi en juin, dans le contexte de la poursuite du déconfinement.

A 10h50, le Swiss Market Index (SMI) progressait encore de 0,22% à 10'113,90 points, le Swiss Leader Index (SLI) de 0,53% à 1507,94 points et l'indice du marché élargi Swiss Performance Index (SPI) de 0,24% à 12'499,05 points. Sur les 30 principales cotations, 24 gagnaient du terrain et six en cédaient.

Le groupe pharmaceutique Novartis (-0,4%) et son ex-filiale Alcon (+0,2%) ont écopé de sanctions des autorités américaines pour un montant cumulé de 345 millions de dollars. Les faits incriminés concernent les entités des deux groupes en Grèce, en Corée et au Vietnam.
Roche (-0,4%) a lancé un outil de diagnostic amélioré pour le cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC), basé sur l'algorithme de pathologie numérique automatisé "uPath PD-L1".

Le troisième paquebot du SMI Nestlé (0,2%) était le seul à ne pas prendre l'eau.
Après avoir dévissé de plus de 16% la veille, la porteur AMS chutait à nouveau de 2,9% après une tentative de rebond avortée. Le fabricant de puces et de capteurs a démenti dans la nuit les articles de presse jeudi mentionnant l'ouverture d'une enquête de l'autorité autrichienne de surveillance des marchés financiers (FMA) sur ses dirigeants.

Le bal était mené par Temenos (+3,2%), sans nouvelle particulière, devant Adecco (+2,9%), qui a vu son objectif de cours relevé par JPMorgan, qui reste neutre sur le titre.
Goldman Sachs recommande désormais Richemont (+1,5%) à l'achat. Selon la banque d'investissement américaine, l'accès de faiblesse du cours représente une bonne opportunité de s'engager sur le titre de la compagnie financière genevoise.

Swatch (+0,3%) a vu son objectif de cours raboté par Oddo BHF, qui invite toujours à se défaire de la porteur (reduce), estimant que les conséquences de la crise sur le secteur horloger vont rester importantes au 2e semestre.

Sur le marché élargi, l'assureur Helvetia (+0,5%) a finalisé la reprise de son homologue espagnol Caser, pour lequel il aura finalement déboursé 800 millions d'euros, légèrement plus que le plafond de 780 millions initialement annoncé.

Le pharmacien en ligne Zur Rose (+8,2%) renforce sa présence en Allemagne en rachetant Apotal. L'opération, dont les contours financiers n'ont pas été mentionnés, sera financée à partir des liquidités disponibles et jusqu'à 60% du prix d'achat par l'émission de nouvelles actions financées par le capital autorisé et conditionnel.

Sulzer (-3,0%) va restructurer ses activités liées à l'industrie pétrolière. Provisionnant à cet effet 60 millions de francs, le groupe table désormais sur un bénéfice net semestriel nettement inférieur à celui de 2019.

Molecular Partners plongeait de 35,1% après s'être vu recaler par l'Agence américaine du médicament (FDA) dans le cadre de la demande d'homologation pour son produit phare Abicipar pegol utilisé dans le traitement de la dégénérescence maculaire néovasculaire (humide) liée à l'âge (nAMD).(AWP)






 
 

AGEFI



...