Bourse Zurich: les indices très légèrement dans le rouge à la mi-journée

mardi, 13.02.2018

Après avoir hésité sur la direction à prendre en début de séance, oscillant entre le rouge et le vert, la Bourse suisse évoluait en très léger recul mardi en milieu de journée.

La Bourse suisse hésitait mardi matin, oscillant entre le rouge et le vert après avoir ouvert en léger repli.

Les données en provenance de Wall Street étaient positives. Mardi, les Bourses chinoises ont progressé alors que le Nikkei a fini en recul après avoir passé une grande partie de la séance dans le vert. Nervosité et prudence caractérisent encore les marchés boursiers.

Le rebond de Wall Street lundi est dû à plusieurs facteurs, dont une baisse de la volatilité, la hausse des prix du pétrole et la poursuite du short squeeze (liquidation forcée des positions courtes) entamée la semaine passée, ont expliqué les analystes de Mirabaud Securities.

Sur le front macroéconomique, l'inflation s'est maintenue à 3% en janvier en Grande-Bretagne.

Dans son rapport mensuel, l'Agence internationale de l'énergie a estimé que l'offre de pétrole, tirée principalement par les Etats-Unis, "progressera probablement plus vite que la demande" en 2018.

En France, les créations d'entreprises ont rebondi en janvier et les créations d'emplois dans le privé en 2017, ont augmenté de 1,3%.

En Suisse, les prix à la production et à l'importation ont nettement progressé en janvier, de 1,8% sur un an.

Vers 11h50, le SMI reculait de 0,11% à 8812,50 points, avec un plus bas à 8783,95 et un plus haut à 8845,33. Le SLI cédait 0,09% à 1443,95 points et le SPI 0,05% à 10'163,11 points. Sur les trente valeurs vedettes, quatorze reculaient, treize avançaient et trois étaient inchangées.

Sans information spécifique, ABB (-1,0%) tenait la lanterne rouge du moment, suivi par SGS et UBS (chacune -0,7%).

Julius Bär était stable, alors que Credit Suisse gagnait 0,5%. La banque aux deux voiles, qui publiera ses résultats mercredi, a balayé lundi les reproches d'investisseurs aux Etats-Unis, à l'origine d'une plainte pour défaut d'information sur les risques inhérents à des placements.

Autre blue chip qui publiera ses chiffres mercredi, Clariant gagnait 0,3%.

Dans le camp des poids lourds, Novartis (-0,3%) et Roche (-0,1%) pesaient sur l'indice, alors que Nestlé gagnait 0,1%. Via sa filiale Sandoz, Novartis a obtenu de l'agence sanitaire américaine l'homologation pour un nouveau dosage de son Glatopa, médicament générique du Copaxone (acétate de glatiramère) produit par l'américain Teva et dédié à lutter contre la sclérose en plaques.

Richemont (+0,2%) a déposé auprès de l'autorité de surveillance de la Bourse italienne (Consob) son offre de rachat de Yoox Net-A-Porter. Détenant actuellement 49%, le groupe de luxe genevois souhaite s'emparer de la totalité du site de vente en ligne. Swatch (-0,1%) était en léger recul.

La volatile Aryzta (+2,2%) s'inscrivait en tête du classement provisoire, devant Sika (+0,9%) et Dufry (+0,7%).

Logitech (+0,6%) a vu son objectif de cours relevé par UBS, qui a confirmé "buy". L'analyste a notamment salué la progression des ventes de la division des produits destinés aux jeux vidéo (Gaming), qui devrait connaître une croissance organique de quelque 4% ces une à deux prochaines années.

Zurich (+0,2%) a fait l'objet de deux études: Deutsche Bank a abaissé l'objectif de cours et confirmé "hold". La réaction du marché à la première hausse de dividende depuis 2010 n'était pas justifiée, a notamment estimé l'analyste qui juge que le titre est une des valeurs les moins intéressantes du secteur. Société Générale a relevé l'objectif de cours mais recommande le titre à "sell". Il y a de meilleures opportunités dans le secteur, selon l'analyste.

Sur le marché élargi, Vontobel (-1,0%) a présenté des résultats légèrement supérieurs aux attentes. Pour l'exercice en cours, la direction table sur une nouvelle amélioration de la rentabilité.

Bell (-0,4%) a publié des chiffres solides, grâce à ses activités à l'international.

Wisekey (+1,0%) a placé sa solution de sécurisation de la connectivité des objets auprès du groupe français Oledcomm. Ce dernier utilisera les produits du groupe genevois pour protéger ses infrastructures et écosystèmes de connexion sans fil. (awp)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...