Bourse Zurich: le SMI loin de la barre des 9000 points

jeudi, 08.02.2018

La Bourse suisse était en baisse jeudi en milieu de séance, après avoir rattrapé en partie, la veille, les fortes pertes des journées précédente

La Bourse suisse devrait marquer une pause jeudi. (Keystone)

Le SMI évoluait nettement dans le rouge, loin de la barre des 9000 points. Mercredi, Wall Street a aussi repris son souffle. La saison des résultats bat à nouveau son plein en Suisse avec les résultats annuels d'ABB et Zurich et ceux de plusieurs "seconds couteaux".

"Les marchés européens ont interrompu hier la période de six jours de recul en terminant sur des gains décents (...) mais ne parvenaient toujours pas à renouer avec les niveaux de lundi", ont résumé les analystes de CMC Markets. Les places mondiales s'étaient effondrées mardi en raison de craintes sur une hausse des taux obligataires.

Selon les spécialistes de Mirabaud Securities, "la remontée des indices après le choc lié aux récentes fortes baisses sera tout sauf un long fleuve tranquille. La volatilité a en effet fait son retour".

Côté macroéconomique, la Chine a enregistré une envolée des importations en janvier. L'Allemagne a vu son excédent commercial légèrement baisser en 2017.

Dans l'après-midi, la Banque d'Angleterre (BoE) dévoilera sa décision de politique monétaire. Aux Etats-Unis, on attend uniquement les inscriptions hebdomadaires au chômage.

Vers 11h50, le SMI reculait de 0,62% à 8919,72 points, avec un plus haut à 8993,02 et un plus bas à 8918,30. Le SLI cédait 0,65% à 1463,78 points et le SPI 0,67% à 10'283,79 points. Sur les trente valeurs vedettes, 28 reculaient et deux avançaient.

ABB (-3,9%) signait la plus mauvaise performance. Le groupe a essuyé au dernier trimestre 2017 un tassement de sa rentabilité. Entrées de commandes et chiffre d'affaires ont marginalement progressé, sous l'impact essentiellement d'effets de change et d'acquisitions. Le dividende a été relevé de deux centimes. Les analystes consultés par AWP attendaient un peu mieux sur le dernier partiel de 2017.

A l'inverse, Zurich Insurance (+2,5%) était l'un des deux gagnants. L'assureur a accusé un recul du bénéfice net en 2017. Les nombreuses catastrophes naturelles survenues l'année dernière ont plombé les résultats du groupe. Le recul s'avère toutefois moins important que prévu.

Le second gagnant était Swiss Re (+3,9%). Le réassureur a confirmé mercredi soir être en contact avec le japonais Softbank en vue d'une éventuelle participation minoritaire. Les analystes ont été surpris, mais estiment que le rapprochement ferait sens.

Les poids lourds Novartis (-0,6%), Roche (-0,3%) et Nestlé (-0,9%) cédaient plus ou moins nettement du terrain. Roche a annoncé détenir désormais une large majorité (84,71%) d'Ignyta, société américaine sur laquelle il a lancé une offre de rachat. HSBC a abaissé l'objectif de cours du bon de jouissance et a confirmé "reduce". L'analyste craint notamment que le groupe ne soit pas en mesure d'effacer complètement les pertes liées aux biosimilaires d'ici 2020.

Novartis a pour sa part obtenu auprès de l'Agence sanitaire américaine (FDA) une extension d'indication pour son traitement antipsoriasique Cosentyx au cuir chevelu.

Les bancaires Credit Suisse (-1,4%), UBS et Julius Bär (chacune -1,0%) étaient aussi sous pression.

Credit Suisse et Vontobel ont tous deux relevé l'objectif de cours de la porteur Swatch (-0,7%), avec recommandation respective "outperform" et "hold". L'analyste du CS s'attend à une extension des marges cette année et celui de Vontobel prévoit de nouveaux gains de parts de marché. Richemont abandonnait 0,4%.

Le marché élargi était également très animé, avec de nombreux résultats de sociétés. Emmi (+6,3%) sortait du lot, après avoir dévoilé un chiffre d'affaires annuel en hausse.

Leonteq (-1,3%) reculait fortement malgré un retour aux bénéfices l'an dernier, peut-être à cause de l'absence de dividende.

Lem (-2,2%) a enregistré une hausse des résultats au 3e trimestre.

Zur Rose (-6,9%) était sanctionné, en raison d'incertitudes politiques en Allemagne. Un projet de loi déposé par la future coalition vise ainsi à interdire la vente par correspondance de médicaments sur ordonnance. (awp)






 
 

AGEFI


 

 



...