Bourse Zurich: légère progression en attendant la Fed

mercredi, 21.09.2016

La Bourse suisse évoluait légèrement dans le vert mercredi en milieu de séance.

A midi, le SMI gagnait 0,24% à 8256,96 points, avec un plus haut à 8288,61 points inscrit en début de séance. Le SLI montait de 0,39% à 1248,17 points et le SPI de 0,31% à 8986,51 points.

La Bourse suisse évoluait légèrement dans le vert mercredi en milieu de séance. Le SMI, qui gagnait plus de 0,5% en début de journée, a toutefois vu ses gains diminuer de moitié environ. Le thème du jour est bien sûr la politique monétaire. La Banque du Japon a procédé à des ajustements pour combattre la faiblesse de la conjoncture et de l'inflation. On attend en début de soirée les décisions de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Les réactions par rapport à la décision de la banque centrale nippone sont dans l'ensemble positives. Un commentaire d'expert qualifie la décision d'"innovante": la banque centrale nippone inaugure un nouveau chapitre en se concentrant sur les intérêts à long terme. Reste à voir combien de temps l'effet positif va se faire sentir. Pour ce qui est de la Fed, la plupart des intervenants s'attend en revanche à la reconduction du statu quo, après la valse-hésitation qui avait récemment agité les marchés.

A midi, le SMI gagnait 0,24% à 8256,96 points, avec un plus haut à 8288,61 points inscrit en début de séance. Le SLI montait de 0,39% à 1248,17 points et le SPI de 0,31% à 8986,51 points. Sur les 30 "blue chips", 21 montaient et neuf reculaient.

Dans le sillage des valeurs bancaires japonaises, les financières suisses faisaient partie des favoris. Credit Suisse, UBS et Julius Bär prenaient entre 1,2% et 1,7%, alors que sur le marché élargi, GAM gagnait 2,7%, EFG 1,7% et Temenos 1,6%. Ce dernier profitait en plus d'un relèvement de recommandation par Goldman Sachs.

Les assurances Bâloise (+1,6%), Swiss Re (+1,1%) et Swiss Life (+0,9%) prenaient un peu plus que la moyenne.

Swisscom (+0,8%) veut accélérer la croissance de sa filiale italienne Fastweb. Cela a suscité un commentaire prudent de Vontobel qui note que le géant bleu se meut dans un environnement difficile et qu'il doit se battre pour conserver ses parts de marché.

Swatch gagnait 1,0%, en hausse pour la troisième séance d'affilée. Richemont perdait en revanche 1,05 CHF à 57,60 CHF, mais hors dividende de 1,70 CHF.

Dufry (+1,8%) et LafargeHolcim (+1,7%) avaient fait partie des gros perdants la veille.

Les poids lourds défensifs Novartis (+0,3%), Roche (+0,1%) et Nestlé (-0,1%) se faisaient discrets.

Sur le marché élargi, Wisekey (+4,1%), Goldbach (+1,0%), Coltene, Tamedia (chacun +0,9%) et Hochdorf faisaient mieux que la moyenne. Ces entreprises participent toutes à la conférence d'investisseurs Investora à Zurich.

Jungfraubahn, qui participe aussi à Investora, perdait 2,3%. Au lendemain d'une hausse de 12%, Kuros perdait 2,7%, toujours sans information spécifique. - (awp)


Ouverture en hausse sous le signe des banques centrales

La Bourse suisse a ouvert la séance de mercredi en hausse. Après la morosité qui a marqué la semaine précédente, l'indice SMI des valeurs vedettes enchaîne sa troisième journée dans le vert. La politique monétaire des banques centrales japonaise (BoJ) et américaine (Fed) occupe le devant de la scène.

Alors que la BoJ a annoncé une série d'ajustements destinés à apporter davantage de flexibilité à sa politique monétaire, la Fed va s'exprimer sur la sienne dans la soirée, après la clôture des Bourses européennes. Au Japon, la réaction de la Bourse a été positive, ce que les courtiers voient comme un soutien également sous nos latitudes.

Les réactions par rapport à la décision de la banque centrale nippone sont dans l'ensemble positives. Un premier commentaire d'expert qualifie la décision d'innovante: la banque centrale nippone inaugure un nouveau chapitre en se concentrant sur les intérêts à long terme. Reste à voir combien de temps l'effet positif va se faire sentir. Pour ce qui est de la Fed, la plupart des intervenants s'attend en revanche à la reconduction du statu quo, après la valse-hésitation qui avait récemment agité les marchés.

A 09h30, le Swiss Market Index (SMI) prenait 0,47% à 8276,17 points. Le Swiss Leader Index (SLI) bondissait de 0,59% à 1250,14 points et l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) de 0,52% à 9005,34 points. Parmi les 30 principales cotations, 23 gagnaient du terrain et six en perdaient, alors que Kühne+Nagel restait sur ses marques.

Les grandes banques UBS (+2,0) et Credit Suisse (+1,7%) menaient le bal, suivies de près par Julius Bär (+1,6%). Les bancaires avaient figuré parmi les principaux perdants de la veille. Une juge américaine a effacé une partie des accusations à l'encontre de la banque aux deux voiles, ainsi que de Deutsche Bank et cinq autres instituts, dans le dossier de la manipulation du marché des devises.

Les assureurs s'inscrivaient dans le sillage des banques. Bâloise, Swiss Life et Swiss Re progressaient entre 1,2 et 1,8%.

L'opérateur de télécommunications Swisscom (+0,9%) s'est épanché dans la presse sur sa volonté d'accélérer la croissance de sa filiale transalpine Fastweb.

Les cycliques s'invitaient également au festin, à l'image de LafargeHolcim (+1,4%) et ABB (+0,6%). Le conglomérat industriel zurichois a annoncé une cession partielle de son unité Power Grid, à savoir la fabrication de câbles, au danois NKT pour près de 840 mio EUR. De gros actionnaires faisaient pression ces derniers temps pour une externalisation intégrale de cette division.

Swatch progressait de 0,6% et contrastait en ce sens avec son concurrent Richemont (-1,1%). Les titre du gestionnaire de marques genevois est toutefois traité hors dividende de 1,70 CHF ce jour et afficherait sinon aussi une progression.

Le chimiste spécialisé Clariant cédait 1,0%, dans la foulée d'une dégradation de la recommandation par Citigroup à "neutral". La veille, Bernstein avait entamé le suivi du groupe bâlois sur une recommandation "underperform".

Les poids lourds pharmaceutiques Roche et Novartis s'enrobaient de respectivement 0,7 et 0,4%. Le mastodonte de la cote Nestlé (+0,1%) modérait les ardeurs de l'indice phare de la place zurichoise.

Le regain de demande pour les financières gagnait aussi le marché élargi. GAM s'adjugeait ainsi 2,4%, Leonteq 2,3%, EFG International 2,1% et Temenos 2,0%. Le développeur de logiciels bancaire profite d'une note positive émise par Goldman Sachs. - (awp)


Ouverture attendue en hausse

La Bourse suisse devrait entamer la séance de mercredi dans le vert. La politique monétaire des banques centrales japonaise (BoJ) et américaine (Fed) donne le ton. Alors que le BoJ a déjà levé le voile sur sa future politique, la Fed va s'exprimer sur la sienne dans la soirée, après la clôture des Bourses européennes. Les indications préalables sont dans l'ensemble plutôt favorables, notamment en provenance du pays du soleil levant, qui a réagi positivement à la décision de sa banque centrale.

Les attentes du marché par rapport à la BoJ n'étaient pas très claires, a commenté un courtier. Un premier commentaire d'expert qualifie la décision d'innovante: la banque centrale nippone inaugure un nouveau chapitre en se concentrant sur les intérêts à long terme. Pour ce qui est de la Fed, la plupart des intervenants s'attend en revanche à la reconduction du statu quo, après la valse-hésitation qui avait récemment agité les marchés.

A 08h20, le SMI avant-Bourse compilé par la banque Julius Bär progressait de 0,29% à 8261,57 points. Sur les 20 valeurs du SMI, tous étaient dans le vert, hormis Richemont.

La nominative de la compagnie financière genevoise (-2,8%) est traité aujourd'hui hors dividende de 1,70 CHF. Corrigé de cet effet, le titre s'inscrit dans la tendance positive.

L'assureur Zurich (+0,3%) a annoncé mardi dans la soirée le regroupement de ses activités gros clients et entreprises dans une seule et même entité. Baptisée "Commercial Insurance", elle sera lancée début octobre et placée sous la direction du canadien James Shea, qui fait également son entrée au sein de la direction groupe.

ABB (+0,7%) avait le vent en poupe, après l'annonce de la cession de ses activités dans les câbles à l'allemand NKT. Celles-ci sont rattachées à la division Power Grids, dont l'avenir fait actuellement l'objet d'un examen stratégique. Récemment, plusieurs actionnaires de référence d'ABB, dont Cevian, avaient plaidé pour une externalisation de l'ensemble de la division.

La cyclique LafargeHolcim (+1,1%) se distinguait, après avoir figuré la veille parmi les principaux perdants.

Aux bancaires, UBS et Credit Suisse rattrapaient 1,0% chacune après s'être aussi retrouvées sous pression la veille. Une juge américaine a effacé une partie des accusations à l'encontre de la banque aux deux voiles dans le dossier de la manipulation du marché des devises.

Les poids lourds avançaient modestement de concert. Novartis, Roche et Nestlé grappillaient 0,3% chacun, freinant ainsi le mouvement d'ensemble.

L'opérateur Swisscom (+0,3%) s'est épanché dans la presse sur sa volonté d'accélérer la croissance de sa filiale transalpine Fastweb.

Sur le marché élargi, Temenos (+0,9%) a vu sa recommandation relevée à "neutral" par Goldman Sachs. Le développeur de logiciels bancaires doit profiter de la numérisation en cours des processus et de la modernisation des plateformes des banques. - (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...