Bourse Zurich: regain de prudence dans les premiers échanges

vendredi, 10.07.2020

La Bourse suisse cédait un tout petit peu de terrain vendredi dans les premiers échanges. La panne d'inspiration s'expliquait notamment par la clôture la veille en ordre dispersé des principaux indices new-yorkais et alors que la pandémie repart de plus belle dans plusieurs Etats américains.

A 09h10, le Swiss Market Index (SMI) égarait 0,02% à 10'143,46 points, le Swiss Leader Index (SLI) 0,15% à 1525,53 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,03% à 12'563,18 points.(keystone)

La morosité du Dow Jones et du Standard & Poor's 500 avaient d'ailleurs précipité la place zurichoise comme ses homologues européennes dans le rouge en fin de séance jeudi.

"Le sentiment d'une péjoration de la situation en termes d'urgence sanitaire enfle", résume ainsi David Madden, de CMC Markets.

"La tendance est aussi minée par les nouvelles affirmations de Joe Biden de remonter les taxes sur les entreprises de 21% à 28% s'il était élu à la Maison Blanche", ajoute John Plassard, de Mirabaud Securities.

A 09h10, le Swiss Market Index (SMI) égarait 0,02% à 10'143,46 points, le Swiss Leader Index (SLI) 0,15% à 1525,53 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,03% à 12'563,18 points. Sur les trente principales valorisations, seize reculaient, douze progressaient et Swisscom ainsi que Credit Suisse tergiversaient encore sur la direction à adopter.

Le logisticien Kühne+Nagel (-3,5%) tenait la lanterne rouge, sans indication particulière

Les valeurs cycliques, financières et du luxe constituaient sinon l'essentiel du fond de classement. Adecco cédait ainsi 1,3%, derrière Swatch et Julius Bär (-0,9% chacune). Le gestionnaire de fortune zurichois a annoncé la création d'une nouvelle unité dédiée aux investissements privés directs. Zurich Insurance et Richemont (-0,8%), de même que Swiss Re et UBS (-0,7%) étaient également malmenés.

AMS (reculait de 0,2%), après avoir finalisé son acquisition de l'allemand Osram Licht.

Les poids lourds défensifs limitaient le recul des indices, Nestlé progressant de 0,4%, Novartis de 0,2% et Roche de 0,1%.

Le peloton des gagnants était emmené par Logitech (+0,7%), devant Vifor et Lonza (+0,6% chacun).

Sur le marché élargi, l'organisateur de foires et salon MCH (-10,3%) accueillera la famille du magnat des médias Rupert Murdoch au sein de son actionnariat, au travers d'une augmentation de capital.

Ems-Chemie s'enrobait de 0,7%. Le chimiste grison est parvenu à maintenir son niveau de rentabilité au 1er semestre, malgré un tassement marqué de ses recettes attribué à la pandémie de coronavirus.

Schlatter (non traité) a émis aux aurores un avertissement sur résultats, imité rapidement par Huber+Suhner (-2,7%)

Basilea (-1,4%) s'est lancé dans le rachat partiel d'un convertible.

L'exploitant de boutiques hors-taxes Dufry (-5,1%) reprenait son chemin de croix, pénalisé cette fois par une recommandation à la vente émise par Mainfirst.

Meyer Burger était suspendu de cotation, dans l'attente de l'issue d'une assemblée générale extraordinaire qui doit se prononcer sur diverses variantes d'une augmentation de capital.

La publication des résultats 2019/2020 de Perrot Duval ne suscitait dans l'immédiat guère d'intérêt pour la porteur de la société de participation. (awp)






 
 

AGEFI



...