Wall Street en hausse à l'ouverture, rassurée sur l'accord sino-américain

mardi, 23.06.2020

La Bourse de New York montait à l'ouverture mardi après un tweet de Donald Trump assurant que l'accord commercial préliminaire entre les Etats-Unis et la Chine était "entièrement intact".

Mardi, la Bourse a démarré fort grâce à un tweet du président Trump indiquant que l'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine était intact.(Keystone)

Vers 14H25 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average montait de 0,78% à 26.228,93 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 0,98% à 10.154,89 points.
Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street s'appréciait de 0,85% à 3.144,38 points.

Wall Street avait commencé la semaine sur une bonne note lundi, le Dow Jones montant de 0,59% et le Nasdaq (+1,11%) profitant de la bonne santé de plusieurs grandes valeurs technologiques pour finir à un record.

Mardi "la Bourse a démarré fort grâce à un tweet du président Trump indiquant que l'accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine était intact", souligne Patrick O'Hare de Briefing.
"Cette clarification a été faite après une déclaration (lundi soir, ndlr) sur Fox News du conseiller pour le commerce Peter Navarro selon laquelle l'accord était terminé", ajoute M. O'Hare.

Les propos de M. Navarro, qui a par la suite affirmé que ses commentaires avaient été sortis de leur contexte, ont fait brièvement dévisser les contrats à terme sur les indices new-yorkais dans la nuit de lundi à mardi.

Mais le marché actions s'est vite repris, poursuivant à l'ouverture son impressionnante progression, quasiment ininterrompue depuis son plongeon fin mars.
Plusieurs analystes continuent toutefois d'avertir sur la fragilité de la situation sanitaire et économique et sur le risque d'un vif repli boursier.

"L'argument en faveur d'une baisse de la Bourse s'appuie sur l'idée que les indices sont montés trop vite et trop rapidement, le Nasdaq ayant atteint un nouveau record et le S&P 500 étant à moins de 10% de son pic d'avant la pandémie, en février", note ainsi Art Hogan de National Holdings.

"La hausse du nombre de cas de contaminations au coronavirus dans plusieurs Etats américains inquiète également les plus pessimistes sur le rythme de la reprise", ajoute M. Hogan.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait, s'établissant à 0,7151% contre 0,7085% lundi soir.

Rebond des ventes de maisons neuves

Au rang des indicateurs, les ventes de maisons neuves aux Etats-Unis ont connu un fort rebond (+16,6%) en mai, selon les données du département du Commerce publiées mardi.

Parmi les valeurs du jour, T-Mobile US baissait de 1,54%. Le japonais SoftBank Group a annoncé mardi son intention de céder la quasi totalité de sa part de 24% dans l'opérateur télécoms américain via plusieurs transactions qui pourraient peser jusqu'à une trentaine de milliards de dollars au total.

Starbucks cédait 0,07%. Mardi la chaîne de cafés a ajouté au menu de la plupart de ses enseignes américaines l'"Impossible Breakfast Sandwich", un burger à base de plantes de la start-up vegan Impossible Foods.

Amazon prenait 1,27%. Le géant de la distribution en ligne a annoncé mardi la création d'un fonds d'investissement doté de 2 milliards de dollars pour financer des entreprises qui permettront d'arriver à "une économie zéro carbone".

American Airlines chutait de 6,90%. Selon l'agence Bloomberg, la compagnie aérienne, en quête de nouveaux financements, va augmenter le montant de ses actions et titres convertibles qu'elle veut vendre, le faisant passer de 1,5 milliard à 2 milliards de dollars.
Spirit AeroSystems dégringolait de 12,24%. Dans un document déposé auprès du gendarme boursier américain, la SEC, ce sous-traitant de Boeing a annoncé qu'il pourrait rompre ses engagements financiers d'ici à la fin de l'année, invoquant l'immobilisation au sol du 737 MAX et la pandémie de Covid-19.(awp)






 
 

AGEFI



...