Wall Street, optimiste sur le redémarrage de l'économie, ouvre en hausse

lundi, 27.04.2020

La Bourse de New York montait à l'ouverture lundi, encouragée par l'espoir de voir l'économie rouvrir prochainement à l'entame d'une semaine riche en résultats d'entreprises et de réunions de Banques centrales.

Les investisseurs saluaient lundi l'assouplissement des mesures de confinement dans plusieurs pays d'Europe.(Keystone)

Le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,53%, à 23.901,29 points, et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 1,18% à 8.736,47 points.

L'indice élargi S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, s'appréciait de 0,83% à 2.860,17 points.

Wall Street, aidée par un nouveau programme d'aides gouvernementales massives, avait terminé vendredi sur une note positive une semaine marquée par ailleurs par des résultats d'entreprises mitigés, des indicateurs décevants et les yoyos du pétrole: le Dow Jones avait enregistré un recul hebdomadaire de 1,9%, le Nasdaq de 0,2% et le S&P 500 de 1,3%.

Les investisseurs saluaient lundi l'assouplissement des mesures de confinement dans plusieurs pays d'Europe, en Espagne et en Italie notamment, ainsi que l'annonce par le gouverneur de l'Etat de New York, épicentre de la pandémie aux Etats-Unis, de la possible réouverture de certaines activités manufacturières et des chantiers après le 15 mai.

Ils accueillaient aussi favorablement le renforcement par la Banque du Japon de ses programmes de rachats d'actifs, une nouvelle mesure de soutien pour la troisième puissance économique mondiale, quelques jours avant une réunion de la Banque centrale américaine (Fed), mercredi, et de son homologue européenne, jeudi.

Les acteurs du marché se préparaient par ailleurs à la publication de nombreux résultats d'entreprises dont Boeing (-1,66%), General Electric (+2,00%) ou les géants de la tech Apple (+0,20%), Microsoft (+0,81%), la maison mère de Google, Alphabet (+0,22%) et Amazon (+0,89%).

Selon le cabinet FactSet, les entreprises du S&P 500 devraient voir leurs bénéfices reculer de 15,2% en moyenne au premier trimestre et leurs chiffres d'affaires stagner. Le coup devrait être encore plus dur au deuxième trimestre, les analystes prévoyant actuellement un plongeon de 31,9% des bénéfices et une baisse de 8,2% du chiffre d'affaires.

Chute du pétrole

 

Pour Patrick O'Hare de Briefing, l'optimisme des marchés est surtout porté par "l'espoir de voir les sociétés redémarrer avec l'idée que le pire de l'impact économique du Covid-19 est derrière nous", par le fait que de nombreux investisseurs ayant retiré de l'argent de la table "ont peur de rater le rebond" et par l'injection continue de liquidités par la Fed.

Les investisseurs s'attendent par ailleurs à des nouvelles positives sur le front des traitements et "semblent prêts à vouloir reléguer au second plan les mauvais résultats d'entreprises de 2020 pour se concentrer sur le rebond en 2021", ajoute-t-il.

Mais le ratio entre le prix des actions des entreprises et leurs bénéfices est actuellement plus élevé que mi-février, avant que la pandémie ne frappe de plein fouet l'économie américaine, souligne-t-il également.

C'est, à ses yeux, "une indication supplémentaire du divorce entre le marché et la réalité".
Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur les bons du Trésor américain montait légèrement, évoluant vers 13H45 GMT à 0,6273% contre 0,6008% vendredi soir.

Boeing, qui tient ce lundi son assemblée générale annuelle, a annoncé samedi qu'il renonçait à racheter les activités civiles de son concurrent brésilien Embraer.
General Motors, qui a décidé de suspendre ses dividendes et son programme de rachats d'actions, perdait 2,10%.

Le secteur de l'énergie restait par ailleurs sous pression alors que le baril de pétrole WTI, coté à New York, reculait de 25%.

Le groupe texan Diamond Offshore, spécialisé dans les forages en eaux profondes, a déposé le bilan dimanche sous la pression de la "guerre des prix" du pétrole et de la pandémie de coronavirus.

Sa maison mère Loews perdait 0,90% après avoir indiqué qu'elle inscrivait en conséquence une charge importante dans ses comptes du deuxième trimestre.

Les majors ExxonMobil et Chevron perdaient respectivement 2,49% et 0,86%.(awp)






 
 

AGEFI



...