Avec un bénéfice de près d’un milliard, la BNS se ressaisit

vendredi, 31.07.2020

La BNS se rattrape et réalise un bénéfice de 0,8 milliard au 1er semestre de cette année, gommant le solde de sa perte

Thomas Jordan est entré en 1997 à la Banque nationale suisse (BNS), à Zurich, comme conseiller scientifique. Depuis 2012, il en est le président de la direction générale. (Keystone)

La Banque nationale suisse (BNS) a réalisé un bénéfice de 0,8 milliard de francs au terme du premier semestre, effaçant de la sorte la perte de 38,2 milliards enregistrée au premier trimestre. Ce résultat a été imprégné par la crise pandémique et la forte volatilité des marchés qui a en découlé, selon un communiqué publié vendredi.


Cette performance en demi-teinte s'explique par les positions en monnaies étrangères qui ont affiché une perte de 6,8 milliards de francs, explique la BNS. Parallèlement l'or, qui plus que jamais continue de jouer son rôle de valeur refuge dans les moments difficiles de la conjoncture mondiale, a dégagé une plus-value de 7,1 milliards de francs (contre 2,8 milliards au trimestre précédent).

De leur côté, les positions en francs ont permis d'engranger un bénéfice de 0,6 milliard de francs, alors que le produit retiré sur les intérêts et les dividendes s'est établi respectivement à 4,1 milliards (2,1 milliards au trimestre précédent) et à 1,8 milliard de francs (0,7 milliard).

Au total les pertes de change ont atteint 19,1 milliards de francs.

Phénomène exceptionnel, la BNS a accordé des prêts gagés pour cause de coronavirus aux banques ayant leur siège en Suisse ou au Liechtenstein pour un montant de 10,1 milliards de francs.

En outre 36% des réserves en devises étrangères de la BNS sont constituées de dollars, 40% d'euros, 8% de yen, 6% de livres britanniques, 3% de dollars canadiens et 7% d'autres monnaies. (AWP)

Lire aussi: La pression politique monte d’un cran pour la BNS






 
 

AGEFI



...