Julius Bär a souffert en 2018 et réduit de 2% ses effectifs

lundi, 04.02.2019

La banque zurichoise Julius Bär a enregistré un bénéfice IFRS en hausse de 4% à 735 millions de francs et un afflux net d'argent de 17 milliards, des chiffres en deçà des prévisions.

Bernhard Hodler, le directeur général de Julius Bär. (Keystone)

Julius Bär a souffert en 2018, dans un contexte difficile sur les marchés financiers. La banque privée zurichoise a enregistré un bénéfice IFRS en hausse de 4% à 735 millions de francs et un afflux net d'argent de 17 milliards, des chiffres en deçà des prévisions. Elle va réduire ses effectifs de 2% d'ici fin 2019.

Le groupe zurichois annonce lundi, dans le cadre de la présentation de ses résultats annuels, un "programme structurel de réductions des coûts" (couplé à la poursuite des "investissements stratégiques") visant à économiser 100 millions de francs.

Il s'agira de se concentrer sur certains marchés et d'allouer les ressources en fonction des priorités. Les effectifs seront réduits de 2% d'ici fin 2019, avec un impact sur le résultat financier en 2020.

"Julius Bär a bouclé l'année sur un bénéfice solide et un afflux robuste d'argent frais, dans un environnement riche en défis pour l'ensemble de la branche", relève lundi le directeur général Bernhard Hodler dans le communiqué accompagnant les résultats.

Bien qu'en deçà des attentes du consensus des analystes AWP, l'afflux net d'argent se situe dans la fourchette de hausse (4-6%) annuelle, en atteignant 4,5%. Les avoirs sous gestion (AuM) ont reculé de 4 milliards de francs ou 2% par rapport à 2017, pour s'établir 382 milliards, conséquence de l'évolution des marchés.

Les actionnaires se voient proposer un dividende de 3,72 francs, en hausse de 2%. (awp)






 
 

AGEFI



...