Vontobel dopé par les afflux nets au premier semestre

vendredi, 27.07.2018

La banque Vontobel a bouclé le premier semestre sur des résultats en hausse marquée, une progression à mettre au crédit de l'accélération de l'afflux de nouveaux capitaux. La masse sous gestion frôle les 170 milliards de francs.

Forte de ce bon résultat, la direction de Vontobel a relevé ses objectifs.(keystone)

Résultats en hausse pour la banque Vontobel au premier semestre, essentiellement grâce à l'accélération de l'afflux de nouveaux capitaux. 
L'intégration de la banque privée Notenstein La Roche - rachetée en mai à Raiffeisen Suisse pour près de 700 millions - suit son cours. L'acquisition pose les bases de la croissance future, assure vendredi dans un communiqué l'établissement privé zurichois, qui revoit dans la foulée ses ambitions à la hausse.
Le produit d'exploitation réalisé entre janvier et juin a légèrement progressé (+1,9%) à 583 millions de francs et le bénéfice net de près d'un tiers (+31%) à 132,7 millions.
Si les recettes sont ressorties dans le haut des attentes des analystes sollicités par AWP, le bénéfice net a dépassé les pronostics les plus optimistes.
Entre janvier et juin, Vontobel a vu affluer des capitaux à hauteur de 5,1 milliards de francs, contre seulement 0,3 milliard un an plus tôt. La masse sous gestion (AuM) a atteint un niveau record de 168,6 milliards, après 165,3 milliards au bouclement de 2017. Le total des avoirs clientèle a pour la première fois dépassé les 250 milliards.
Forte de ce résultat, la direction de Vontobel a relevé ses objectifs et vise désormais un ratio coûts/revenus "inférieur à 72%", contre 75% jusqu'ici, ainsi qu'un rendement des fonds propres supérieur à 14%, après 12%.
Elle a également laissé entendre que la rentabilité de l'exercice devrait surpasser celle de 2017, dans un contexte marqué par les tensions géopolitiques et commerciales, ainsi que les incertitudes liées aux politiques des banques centrales.
Suite à l'acquisition de Notenstein, effective à compter de début juillet, la barre pour le ratio coûts/revenus a été fixée à 70% pour l'unité de gestion de fortune (WM), et l'objectif de marge brute à 68 (65) points de base (pb).
La finalisation de la fusion ainsi que la migration informatique sur les systèmes de Vontobel est attendue d'ici la fin du trimestre en cours. La direction a par ailleurs confirmé la suppression de 140 postes chez Notenstein.(awp)

>>Retrouvez l'interview de Zeno Staub, CEO de Vontobel, dès mardi!


Vontobel confirme la suppression de 140 emplois chez Notenstein

La direction de Vontobel s'attend toujours à d'importantes coupes dans les effectifs de la banque privée Notenstein La Roche, après le rachat de cette dernière en mai pour 700 millions de francs. Début juillet, elle avait indiqué qu'elle pourrait se séparer de jusqu'à 140 des 400 employés de l'établissement saint-gallois, un chiffre confirmé vendredi dans la foulée des chiffres semestriels.

Les 260 salariés restants de Notenstein, dont une centaine de conseillers à la clientèle, sont déjà en cours de formation, a affirmé le patron de l'établissement zurichois Zeno Staub lors d'une téléconférence, qui aspire à une transition "rapide et en douceur".

Les quelque 140 employés de Notenstein qui ne seront pas repris par Vontobel doivent désormais se mettre en quête d'un nouvel emploi, a réaffirmé le dirigeant. Les personnes concernées pourront bénéficier d'un plan social et Vontobel proposera également une bourse à l'emploi.

Le mouvement de consolidation dans la gestion de fortune en Suisse devrait se poursuivre, selon M. Staub. Vontobel tient cependant à préserver son identité. "Nous ne croyons pas aux rachats transformateurs ou aux fusions entre égaux", a déclaré le patron.

Dans l'ensemble, il considère les avantages liés à la taille moindres dans la gestion de fortune que dans d'autres segments de l'industrie financière, ce qui devrait, selon lui, limiter le potentiel de concentration pour la branche.

Pour Vontobel, l'intégration de Notenstein La Roche devrait contribuer de manière "substantielle" au résultat des activités de gestion de fortune à partir de 2019.

Les coûts d'intégration, dont la finalisation est attendue d'ici la fin du trimestre en cours, sont toujours estimés à 50 millions de francs et seront répartis de manière égale sur les exercices 2018 et 2019.(ats)

 

 






 
 

AGEFI




...