La BNS relève ses prévisions de croissance et d'inflation pour 2020

jeudi, 24.09.2020

La Banque nationale suisse (BNS) a revu jeudi à la hausse ses prévisions pour le PIB et l'inflation en 2020. Elle a également maintenu sa politique monétaire inchangée, gardant son taux directeur à -0,75%.

Le PIB est désormais attendu à -5%, contre -6% auparavant.(Keystone)

La Banque nationale suisse (BNS) a maintenu jeudi sa politique monétaire inchangée, gardant son taux directeur à -0,75%, et confirmant sa disposition à intervenir "de manière accrue" sur le marché du changes pour éviter une appréciation trop importante du franc.

"Comme le franc s'inscrit toujours à un niveau élevé, (la BNS) reste disposée à intervenir de manière accrue sur le marché des changes, en tenant compte de la situation pour l'ensemble des monnaies", a précisé l'institut d'émission helvétique dans un communiqué.

La BNS continue également à approvisionner "généreusement" en liquidités le système bancaire dans le cadre de la facilité de refinancement BNS-Covid-19 (FRC) et intervient "ponctuellement" sur le marché des pensions de titres.

Hormis une politique monétaire accomandante, la Banque nationale suisse (BNS) a revu également à la hausse ses prévisions pour le produit intérieur brut (PIB) et l'inflation en 2020. Les incertitudes demeurent cependant inhabituellement élevées en raison de la pandémie de coronavirus.

Le PIB est désormais attendu à -5%, contre -6% auparavant, tandis que l'inflation devrait s'inscrire à -0,6%, après -0,7% anticipé en juin.

La nouvelle prévision d'inflation est plus élevée que celle de juin en raison de l'appréciation des cours de pétrole, explique dans un communiqué l'institut d'émission suisse.

A plus long terme, les prévisions pour le renchérissement des prix restent plus ou moins inchangées. L'inflation devrait revenir tout juste dans la zone positive (+0,1%) en 2021 et continuer d'augmenter légèrement en 2022 (+0,2%). Lors des anticipations de juin, l'inflation de l'année prochaine était à -0,2% tandis que celle de 2022 était la même.

Après avoir atteint le creux de la vague au deuxième trimestre en raison de la pandémie de coronavirus, l'économie suisse et mondiale devrait afficher un "solide rebond" au troisième partiel, a estimé jeudi le patron de la Banque nationale suisse (BNS), Thomas Jordan.

"La situation se présente aujourd'hui d'une manière moins négative qu'il y a encore trois mois. L'effondrement (conjoncturel) a été moins pire que pronostiqué, mais la reprise devrait être un peu moins prononcée", a dit le président de la direction générale de la BNS lors d'une conférence de presse téléphonique.

M. Jordan a cependant averti qu'il faudra un certain temps avant que le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse atteigne son niveau d'avant la crise sanitaire. D'autant plus que plusieurs risques subsistent comme une deuxième vague de contamination au Covid-19 et les incertitudes politiques comme l'élection présidentielle aux Etats-Unis et le Brexit.(ATS)






 
 

AGEFI



...