Année faste pour la Banque cantonale de Genève

mardi, 26.02.2019

La Banque cantonale de Genève a signé une très bonne performance en 2018, avec une envolée d'un quart du résultat opérationnel.

La BCGE propose un hausse marquée du dividende.(Keystone)

Les motifs de satisfaction sont nombreux en ce début d'année pour la Banque cantonale de Genève (BCGE), qui a bouclé 2018 sur une très bonne performance. Aux résultats solides est venue s'ajouter mi-février l'invalidation de l'initiative d'Ensemble à Gauche qui lui réclamait plusieurs milliards de francs. Décision "logique", selon la direction.

La gauche de la gauche genevoise estime que le sauvetage de la BCGE dans les années 2000 a coûté 3,2 milliards au contribuable. Son initiative vise à effacer cette ardoise par le biais d'un remboursement total de la somme. La banque a rappelé mardi qu'elle considérait le texte "anticonstitutionnel et inexécutable".

L'automne dernier, elle avait mis en garde contre la nécessité d'une nouvelle recapitalisation par l'Etat en cas d'acceptation de l'initiative par le peuple. Un retrait pur et simple de la licence bancaire par le gendarme financier Finma ne peut d'ailleurs être exclu, selon elle.

"On considère assez logique ce qui a suivi", a affirmé mardi en conférence de presse Blaise Goetschin, directeur général, faisant référence à la décision du gouvernement genevois. Le 13 février, le Conseil d'Etat a invalidé le texte. Les initiants ont crié au déni de démocratie et annoncé un recours.

M. Goetschin n'a pas souhaité commenter davantage cet "acte d'autorité" du gouvernement cantonal, invoquant le "droit de réserve" qui échoit à la banque.

Remboursement des frais

Le directeur général a rappelé qu'une seule obligation est encore imposée à la BCGE suite au sauvetage, à savoir le remboursement des frais de la fondation de revalorisation qui a liquidé à l'époque les actifs douteux de l'établissement.

Une somme de 4,9 millions a été versée au titre de 2018, ce qui a porté le remboursement total à 65,7 millions. La "dette" de la BCGE en la matière s'élève encore à 332,4 millions.

Tout autre paiement avantagerait l'Etat, qui détient une participation de 49%, face à d'autres investisseurs. "A partir du moment où on décide de favoriser un actionnaire par rapport à d'autres, je m'attends à une plainte pénale", a souligné Blaise Goetschin.

Depuis le sauvetage, l'Etat de Genève peut d'ailleurs se prévaloir d'un "remboursement" via des contributions à hauteur de 1,2 milliard de francs, plus la moitié des fonds propres à fin décembre, soit quelque 750 millions, a argumenté Blaise Goetschin. 

D'ici quelques années, le canton aura ainsi recouvré les sommes engagées pour le sauvetage, selon lui.

Pour M. Goetschin, la BCGE jouit d'une bonne santé, en témoignent les résultats 2018. Toutes les lignes de métiers ont connu une croissance des revenus, tandis que la progression des charges s'est révélée bien moindre (+4,2% sur un an), selon les indications fournies par la banque.

Dividende relevé

Le produit d'exploitation a pris l'ascenseur (+11,8%) à 409,4 millions. Les recettes ont été soutenues par une solide croissance des opérations d'intérêts, dont le résultat net a atteint 247,2 millions (+17,6%). En termes de volumes, les créances hypothécaires se sont enrobées de 3,7% à 11,39 milliards de francs.

Les opérations de commissions ont généré des recettes de 116,7 millions, en hausse de 9,2%. Les actifs gérés et administrés ont gonflé de 1,2% à 26,7 milliards de francs, dopés par les investisseurs institutionnels.

Véritable baromètre des activités de la banque, le résultat opérationnel s'est inscrit à 161,3 millions de francs, soit une envolée de 25,7% sur un an. La hausse s'explique par "les revenus commerciaux et l'innovation". Le bénéfice net a crû de 11,7% à 91,2 millions.

Le conseil d'administration propose de verser un dividende de 3,40 francs par action au titre de 2018, en hausse de 17,2%.

Pour l'exercice en cours, la BCGE s'attend à dégager un niveau de rentabilité opérationnelle proche de celui de l'année précédente.(awp)






 
 

AGEFI



...