Kühne+Nagel envisage une acquisition d'envergure

vendredi, 23.11.2018

Jeudi soir, le directeur général de Kühne+Nagel a indiqué dans un entretien à Bloomberg être à la recherche d'une transaction "susceptible de transformer l'entreprise", dans un contexte de consolidation globale de la branche.

Le logisticien de Schindellegi disposerait de moyens financiers suffisants pour opérer une acquisition majeure.(keystone)

Le groupe Kühne+Nagel aspire à réaliser une importante acquisition, selon un entretien donné à Bloomberg par son directeur général Detlef Trefzger. Il espère par le biais d'une telle opération accroître les compétences du groupe ou renforcer sa présence en Asie. Selon lui, le logisticien de Schindellegi disposerait de moyens financiers suffisants pour opérer une acquisition majeure. Jusqu'ici, il s'était contenté de petites transactions complémentaires.

Interrogé sur l'opportunité d'une reprise de son concurrent Panalpina, le dirigeant a simplement indiqué que toutes les possibilités sont à l'étude, sans fournir plus de précisions. Après le retrait du président de Panalpina, Peter Ulber, critiqué par un important actionnaire pour son opposition à toute reprise, le groupe bâlois représenterait un candidat tout indiqué.

Le timonier de Kühne+Nagel a souligné que la taille n'était pas le seul critère, affichant son intérêt pour les entreprises actives dans les domaines de la numérisation et de l'automation. Le but étant d'éviter qu'un autre acteur menace ses activités à la faveur d'une technologie plus innovante.

"Nous oeuvrons avec enthousiasme au développement de l'arme secrète qui va transformer le secteur", a déclaré M. Trefzger. Le groupe de Suisse centrale vise une croissance double de celle du marché, notamment en mettant l'accent sur des activités à forte rentabilité, comme le transport de batteries pour les voitures électriques, qui requiert un savoir-faire et des autorisations spécifiques.

Le dirigeant s'est montré optimiste par rapport à l'évolution de la demande, en dépit des obstacles que représentent les tensions commerciales et les taxes douanières. "L'emploi est très élevé dans beaucoup de pays, les revenus disponibles sont en hausse et le moral des consommateurs est robuste", a-t-il fait valoir. Et de conclure que "le monde est toujours en mode croissance".(awp)






 
 

AGEFI



...