Brexit: l'UE ne "se laissera pas intimider" lors des négociations

mercredi, 15.03.2017

"Je veux être clair sur le fait qu'un scénario "sans accord" serait mauvais pour tous, et en particulier pour le Royaume-Uni", a déclaré Donald Tusk devant le Parlement européen à Strasbourg.

Selon M. Tusk, l'idée "que l'absence d'accord serait bonne pour le Royaume-Uni et mauvaise pour l'UE" prend "de manière croissante la forme de menaces".

L'Union européenne "ne se laissera pas intimider par les menaces" lors de la négociation du Brexit, a mis en garde mercredi le président du Conseil européen Donald Tusk, en référence à un éventuel divorce sans accord entre Londres et Bruxelles.

"Je veux être clair sur le fait qu'un scénario "sans accord" serait mauvais pour tous, et en particulier pour le Royaume-Uni", a déclaré Donald Tusk devant le Parlement européen à Strasbourg.

"Nous ne nous laisserons pas intimider par des menaces", a ajouté le président du Conseil européen, l'institution réunissant les dirigeants des 28 pays de l'UE lors de sommets réguliers.

Selon M. Tusk, l'idée "que l'absence d'accord (de sortie, NDLR) serait bonne pour le Royaume-Uni et mauvaise pour l'UE" prend "de manière croissante la forme de menaces".

Dans un discours en janvier, la Première ministre britannique Theresa May avait mis en garde contre toute volonté d'imposer un accord de sortie "punitif" au Royaume-Uni, qui serait "un acte calamiteux" de la part de l'UE.

"Il vaut mieux pas d'accord qu'un mauvais accord", avait-elle dit. - (awp)

Le taux de chômage recule à 4,7% à fin janvier, au plus bas depuis 1975

Le taux de chômage au Royaume-Uni a reculé à 4,7% lors des trois mois achevées fin janvier, tombant au plus bas depuis 1975, a annoncé mercredi l'Office des statistiques nationales (ONS).

Ce chiffre, meilleur que la prévision des économistes interrogés par Bloomberg qui s'attendaient à un maintien à 4,8%, confirme que le marché de l'emploi reste vigoureux depuis le vote pour le Brexit.

Quelque 31,85 millions de personnes occupaient un emploi entre novembre et janvier, soit 92.000 de plus que lors de la période d'août à octobre, a précisé l'institut.

Seul 1,58 million de personnes étaient au chômage, soit 31.000 de moins que lors de la période de trois mois précédente.

L'ONS a ajouté que le taux d'emploi, c'est-à-dire la proportion des personnes âgées de 16 à 64 ans au travail, atteignait 74,6%, un niveau record depuis 1971.

Une partie de la hausse du taux d'emplois est due à la montée des contrats dits "zéro heure", qui ne garantissent aucun horaire et donc aucune rémunération fixe à l'employé. D'après de nouvelles données sur le sujet publiées mercredi par l'institut, environ 905.000 personnes étaient employés sous ce type de contrat lors du dernier trimestre 2016, soit 12,5% de plus sur un an.

Les données sur les revenus des ménages publiées en même temps par l'ONS ont été moins reluisantes, avec une hausse de 2,2% des revenus moyens (primes comprises), soit un peu moins qu'attendu par les économistes et surtout à peine plus que l'inflation.

La hausse des prix à la consommation a atteint 1,8% en janvier sur un an, d'après des données publiées à la mi-février, et suivent une courbe ascendante depuis la vote sur le Brexit qui a entraîné une forte dépréciation de la livre et, partant, un renchérissement spectaculaire des denrées importées. - (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...