L'ex-banquier Holenweger réclame 16 millions de francs d'indemnité

Mercredi, 18 juillet 2018

Le Tribunal pénal fédéral (TPF) doit traiter la demande de dommages et intérêts de l'ancien banquier Oskar Holenweger. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a ainsi demandé au TPF d'évaluer le préjudice porté par une enquête du MPC contre le plaignant.

Sur une demande du Tribunal administratif fédéral (TAF), le Tribunal pénal fédéral (TPF) devra déterminer si les actions, jugées illégales, menées contre M. Holenweger lors d'une enquête du Ministère public de la Confédération (MPC) ont fait subir un préjudice à celui-ci lors de la vente de la banque...

Android: l'UE inflige une amende record de 4,34 milliards à Google

Mercredi, 18 juillet 2018

L'UE inflige 4,3 milliards d'euros d'amende à Google pour avoir contrevenu aux règles européennes en matière de concurrence avec son système d'exploitation Android.

La Commission européenne a infligé mercredi une amende record de 4,34 milliards d'euros (5,1 milliards de francs) à Google pour "pratiques illégales" vis-à-vis des fabricants de smartphones Android et des opérateurs de réseaux mobiles. L'exécutif européen a ordonné à Google de mettre un terme à ces pratiques dans...

Easyjet relève sa prévision de bénéfice avant impôts

Mercredi, 18 juillet 2018

La compagnie aérienne à bas coût EasyJet a relevé mercredi sa prévision de bénéfice avant impôt pour l'exercice comptable 2017-2018, sur fond de progression de son trafic passagers et de ses revenus.

Le trafic passagers et les revenus de la compagnie aérienne à bas coût Easyjet progressent. Conséquence: le groupe relève la prévision de bénéfice avant impôt pour son exercice comptable 2017-2018. Le groupe a expliqué dans un rapport d'activité publié mercredi qu'il s'attendait désormais à dégager un bénéfice avant...

Le patron d'Intel assure que les failles de sécurité sont contenues

mardi, 09.01.2018

Intel ainsi que de grands noms de la technologie comme Amazon, Apple, ou Google ont tous annoncé collaborer pour diffuser des correctifs de sécurité pour limiter les risques de piratage qui touchent l'industrie des micro-processeurs.

Intel ainsi que de grands noms de la technologie comme Amazon, Apple, ou Google ont tous annoncé collaborer pour diffuser des correctifs de sécurité pour limiter les risques de piratage qui touchent l'industrie des micro-processeurs.

La patron d'Intel Brian Krzanich, en pleine tourmente, a assuré lundi que les conséquences des failles de sécurité qui touchent l'industrie des micro-processeurs étaient limitées grâce à une collaboration "remarquable" entre les entreprises technologiques.

M. Krzanich a dit une nouvelle fois n'avoir aucune connaissance de piratage via Meltdown et Spectre, deux grosses failles de sécurité rendant presque tous les micro processeurs, pièce qui fait fonctionner les appareils électroniques, potentiellement vulnérables.
Et "nous travaillons sans relâche pour que cela reste ainsi", a-t-il ajouté lors d'une présentation, portant sur un autre sujet, à la veille de l'ouverture du CES, le salon de l'électronique grand public à Las Vegas (ouest des Etats-Unis).

Un pirate chevronné pourrait au travers de ces failles potentiellement lire des information sensibles stockées dans un ordinateur, un serveur ou un téléphone portable.
Intel mais aussi ses concurrents AMD et ARM, ainsi que de grands noms de la technologie (Amazon, Apple, Google...) qui ont tous annoncé collaborer pour diffuser des correctifs de sécurité pour limiter les risques de piratage, ont révélé ce problème la semaine dernière.

"La collaboration d'autant d'entreprises est vraiment remarquable", a-t-il commenté.
"La sécurité est notre boulot numéro un chez Intel et pour toute notre industrie. Notre première préoccupation quand nous discutons (du sujet) est d'assurer la sécurité des données de nos clients", a-t-il insisté.

Le patron d'Intel est d'autant plus dans la tourmente que les inquiétudes sur les puces se sont doublées de soupçons sur des ventes d'actions Intel, dont le calendrier pose question car intervenues plusieurs mois après que le groupe a été informé des failles.
Selon la presse, M. Kraznich a vendu pour 39 millions de dollars d'actions, dégageant un profit de 25 millions de dollars, et lundi des cabinets d'avocats américains ont annoncé étudier une possible plainte contre Intel dans ce cadre.

Le groupe avait nié en fin de semaine dernière tout lien entre la connaissance des failles et la vente de titres.

L'annonce de ces failles avait provoqué une baisse du titre Intel en Bourse de quelque 5% entre le 3 et le 5 janvier.

Le gendarme de la Bourse américaine (SEC) interdit aux responsables d'entreprises cotées de vendre leurs actions lorsqu'ils ont connaissance d'informations qui pourraient peser sur le cours de l'action.(awp)






 
 

AGEFI


 

 



...