Novartis délivre un 2e trimestre robuste, dopé par l'oncologie

Mercredi, 18 juillet 2018

La multinationale pharmaceutique Novartis a engrangé sur le deuxième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 13,16 milliards de dollars, correspondant à une croissance de 7,5% sur un an.

Novartis affiche sur le deuxième trimestre de 2018 des résultats dans le haut des attentes du marché. La multinationale pharmaceutique a notamment pu compter sur son coeur de métier dans les médicaments originaux pour asseoir une croissance rentable, notamment dans le domaine de l'oncologie. Les filiales Alcon et Sandoz s'inscrivent...

Easyjet relève sa prévision de bénéfice avant impôts

Mercredi, 18 juillet 2018

La compagnie aérienne à bas coût EasyJet a relevé mercredi sa prévision de bénéfice avant impôt pour l'exercice comptable 2017-2018, sur fond de progression de son trafic passagers et de ses revenus.

Le trafic passagers et les revenus de la compagnie aérienne à bas coût Easyjet progressent. Conséquence: le groupe relève la prévision de bénéfice avant impôt pour son exercice comptable 2017-2018. Le groupe a expliqué dans un rapport d'activité publié mercredi qu'il s'attendait désormais à dégager un bénéfice avant...

Acier: nouvelles mesures de l'UE pour contrer les effets des taxes américaines

Mercredi, 18 juillet 2018

Des mesures dites "de sauvegarde" destinées à protéger l'industrie sidérurgique européenne de l'acier étranger qui ne trouve plus de débouchés aux Etats-Unis à cause des taxes punitives de Trump entreront en application jeudi.

La commission européenne va prendre des mesures jeudi afin de contrebalancer les taxes punitives de Donald Trump qui plombent les débouchés de l'acier étranger aux Etats-Unis. "Les droits de douane américains (...) entraînent un détournement des échanges, ce qui pourrait causer de graves préjudices aux sidérurgistes...

Le SMI atteint un plus haut historique

vendredi, 05.01.2018

L'indice SMI a atteint vendredi un plus haut historique, dix ans après le record de l'été 2007. Le précédent record en séance du SMI de 9548,09 points, a été dépassé. Le plus haut est désormais de 9557,06 points.

Le SMI atteint un plus haut historique à 9557,06 points.

L'indice SMI a atteint vendredi un plus haut historique, dix ans après le record de l'été 2007. L'attente a été plus longue que pour d'autres indices boursiers importants, dans la mesure où il s'agit d'un indice de cours dans lequel les dividendes ne sont pas pris en compte.

De plus, la composition et la pondération ont connu quelques changements au cours des dernières années. Le risque de concentration, avec la forte pondération des trois poids lourds défensifs Nestlé, Novartis et Roche, a progressé tandis que les grandes banques ont perdu de leur importance.

Le précédent record en séance du SMI de 9548,09 points, atteint le 4 juin 2007 juste avant la crise financière, a été dépassé quelques minutes après l'ouverture de la Bourse ce vendredi. Le plus haut est désormais de 9557,06 points. Le DAX, le Dow Jones ou encore le FTSE avaient quant à eux atteint leur niveau de 2007 début 2013, tandis que cela avait duré jusqu'au début 2015 pour le Nikkei.

Deux facteurs expliquent la plus longue marche du SMI jusqu'au dépassement de son précédent record. Le SMI est l'un des rares indices boursiers, avec le CAC40, à ne pas être corrigé des dividendes. Les versements de dividendes de chaque titre ne sont ainsi pas pris en compte dans son calcul.

Si l'on considère l'indice SMIC (SMI Cum Dividend), qui inclut les dividendes, le plus haut historique avait déjà été atteint en mai 2013. De plus, la pondération inhabituelle pour un indice des trois poids lourds a également freiné l'évolution.

Le SMI a débuté à 1500 points à l'été 1988 et atteint son plus bas historique en janvier 1991 à 1279 points. Après le précédent record en séance du SMI à 9548,09 points en juin 2007, l'indice avait chuté en raison de la crise des subprimes, de la faillite de la banque américaine Lehman Brothers et de la crise grecque jusqu'à un plus bas de 4234,96 points le 9 mars 2009, soit un repli d'environ 56%. Le SMI a dû regagner 125% pour dépasser son précédent record.

LES POIDS LOURDS ONT PROGRESSÉ, LES BANQUES RECULÉ
La pondération du SMI a également joué un rôle dans la lente reprise de l'indice. Mi-2007, le SMI regroupait encore 25 titres, soit cinq de plus qu'aujourd'hui. L'importance des trois poids lourds a progressé jusqu'à environ 60%, de 46% en 2007. Toutefois, depuis septembre 2017, la pondération des plus gros titres a été réduite à 18% pour chacun et ce, afin de limiter la prédominance de Nestlé (pondération de 17,7% jeudi à la clôture, contre 16,5% en 2007), Novartis (17,6%/15,5%) et Roche (17,9%/13,6%).

Les deux grandes banques ont quant à elles faibli, passant ensemble d'environ 24% à désormais 11,6%. La pondération d'UBS a chuté à 7,2% de 13,6% et celle de Credit Suisse à 4,4% de 8,75%. ABB, Zurich et Richemont ont désormais un poids plus important que la banque aux deux voiles.

Mi-2007, Credit Suisse et UBS se négociaient à plus de 70 CHF (chiffre ajusté), contre environ 18 CHF actuellement, soit encore 70% en dessous. A l'inverse, les titres Novartis (+23%), Roche (+13%) et Nestlé (+75%) ont particulièrement progressé.

Les actions des assureurs Swiss Re et Zurich se négocient quant à elles toujours environ 20% en dessous de leur niveau de 2007, tandis que Swiss Life a retrouvé son niveau d'avant la crise. Richemont (+170%), Lonza (+135%) ou Givaudan (+100%) ont de leur côté enregistré de solides progressions.

En outre, la Bourse suisse (précédemment SWX) n'a limité le SMI à 20 titres qu'en 2007, le nombre fluctuait auparavant entre 18 (1993) et 29 titres (2000). Pour compenser, le SLI a été lancé en 2007 pour rassembler les 30 plus grandes capitalisations. Cet indice avait déjà dépassé son plus haut en juillet 2017.
A 12h48, le SMI prenait vendredi 0,45% à 9551,83 points.(awp)






 
 

AGEFI


 

 



...