Chômage: Trump trouve sa solution...

lundi, 10.08.2020

Impatient, à l’approche des élections, le président américain force une aide financière par les décrets.

Françoise Mensi*

Françoise Mensi

Malgré le flux de nouvelles pas très optimistes sur le front du Covid-19, les marchés boursiers gardent leur direction haussière, avec une volatilité contrôlée. La saison des résultats s’achève aux Etats-Unis et globalement ils étaient un peu mieux qu’attendu, notamment pour les industrielles et les technologiques. Les opérateurs sont cependant assez prudents, attentifs aux tensions USA-Chine qui pourraient encore augmenter. Les deux superpuissances devraient finaliser l’accord sur la taxation des produits importés en fin de semaine. 

Par ailleurs, un accord n’a pas encore été trouvé au Congrès, où Démocrates et Républicains continuent de tergiverser, concernant les modalités du nouveau maxi paquet de stimulus budgétaire. Impatient, à l’approche des élections du 3 novembre, Donald Trump a du coup signé une série de décrets destinée à apporter rapidement une aide financière aux Américains au chômage. Entre autres, l’indemnité hebdomadaire fédérale accordée aux chômeurs, en plus de celle allouée par les Etats, serait de 400 dollars. Il est probable que cette décision donne lieu à des batailles juridiques car, d’après la Constitution, les dépenses fédérales sont sous le contrôle du Congrès. 

Les cours des matières premières et des métaux précieux, considérés comme des protections contre l’inflation, continuent de s’apprécier alors que le rendement des obligations du Trésor américain baisse. Ainsi, la Fed garderait probablement son taux d’intervention à zéro même si l’inflation venait à remonter. 

L’or s’échange au plus haut historique à plus de 2000 dollars l’once, en hausse de 33% depuis le début de l’année et l’argent l’a même dépassé en rythme de progression, à +58%. De nombreux facteurs sont susceptibles de soutenir cette tendance haussière, y compris le repli du dollar, les taux d’intérêt négatifs en euros et en francs et les distorsions de marchés provoquées par le coronavirus. Les statistiques économiques publiées étaient encourageantes dans l’ensemble.

Aux Etats-Unis, le taux de chômage a diminué en juillet à 10,2% alors que les attentes étaient à 10,6%. Les créations d’emplois se sont situées au-dessus des prévisions, même si moins impressionnantes qu’en mai et juin du fait de la résurgence de la pandémie. 

En Europe, c’est le retour de la croissance du secteur privé. On constate une reprise du secteur automobile allemand où une augmentation des exportations est anticipée. 

En Chine, le secteur manufacturier rebondit. Les chiffres du commerce extérieur, +7% pour les exportations, sont encourageants, même si le secteur des services peine à se rétablir.

Microsoft et TikTok: un amour impossible?

Satya Nadella, le CEO de Microsoft, était le grand absent de l’audition devant le comité antitrust du Congrès américain le 29 juillet dernier aux côtés des autres GAFA (Google, Alphabet, Facebook et Apple). Pourtant, Microsoft, la deuxième plus grande capitalisation boursière mondiale, a bâti son empire également par des acquisitions. La firme de Redmond ne suscite visiblement pas autant de craintes et de méfiance que ses consœurs. Microsoft est aujourd’hui sous les feux de la rampe suite à son annonce de vouloir racheter les opérations américaines de TikTok, une application qui héberge des vidéos de courte durée. C’est un nouveau pas en avant pour Microsoft qui désire rattraper son retard dans le secteur des réseaux sociaux «récréatifs».

Seulement voilà, TikTok appartient à ByteDance, une société chinoise. Cette proposition de rachat fait suite aux déclarations de Donald Trump de vouloir bannir TikTok et WeChat (une autre application chinoise) du territoire américain. Il a donné une date butoir à Microsoft, à savoir le 15 septembre, pour trouver un accord satisfaisant. Donald Trump est particulièrement agressif envers les applications chinoises qui constituent selon lui «une menace à la sécurité américaine» en parlant de la récolte de données de leurs utilisateurs.

*(Gérante discrétionnaire de la Banque Bonhôte & Cie SA)






 
 

AGEFI



...