Le patron des patrons critique les petits temps de travail

lundi, 12.11.2018

Il y a assez d'emplois à temps partiel en Suisse. Mais les femmes actives devraient augmenter leur temps de travail, estime le président de l'Union patronale suisse (UPS) Valentin Vogt, avant un symposium sur la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

Pour Valentin Vogt, le travail à temps partiel doit être utile à l'entreprise, et pas seulement aux employés.(keystone)

"Aujourd'hui, huit femmes sur dix travaillent à temps partiel", dit Valentin Vogt dans une interview publiée lundi par les journaux alémaniques du groupe Tamedia. La question n'est pas de créer de nouveaux emplois à temps partiel, mais de faire en sorte que les femmes qui travaillent augmentent leurs pensums. "Aujourd'hui, cependant, seule une petite partie des femmes sont prêtes à le faire".

Pour le Saint-Gallois, qui dirige l'UPS depuis 2011, il est particulièrement nécessaire de rattraper le retard dans les structures d'accueil de jour financées par les cantons et les communes. "Les parents doivent pouvoir déposer leurs enfants à l'école le matin et les récupérer le soir", affirme-t-il.

L'extension de cette offre est l'affaire des cantons et des communes. Les instances publiques profiteraient en retour des recettes fiscales supplémentaires générées par l'augmentation de la charge de travail des femmes.

Au minimum 60%

Pour le patron des patrons suisses, le travail à temps partiel doit être utile à l'entreprise, et pas seulement aux employés. Or, à long terme, un poste à moins de 60% ne fait pas sens pour l'entreprise, estime-t-il. Pour des fonctions dirigeantes, M. Vogt fixerait même la barre à 80%.Tout ce qui est au-dessous de cette limite complique les choses. Il faut continuer à s'occuper des clients et à poursuivre les projets, même en l'absence de certaines employés, explique-t-il.

Les entreprises suisses sont menacées par une pénurie de personnel. Le pays compte actuellement cinq millions d'actifs. Selon l'UPS, environ un million de personnes partiront à la retraite dans les dix prochaines années, mais seuls 400'000 salariés feront leur entrée sur le marché du travail.

Mardi, l'UPS et la Fondation Jacobs organisent à Berne un symposium sur la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Des représentants de tous les partis siégeant aux Chambres fédérales seront présents.(ats)

 

 






 
 

AGEFI



...