Il n’y a pas d’opposition entre performance financière et intégration de critères ESG

dimanche, 19.04.2020

Marie de Fréminville*

Marie de Fréminville

Nous vivons un changement de paradigme sans précédent dans l’histoire, qui survient à une vitesse extraordinaire, et la crise sanitaire pourrait amplifier ce phénomène.

La satisfaction de l’actionnaire au cœur des préoccupations de l’entreprise et la société financiarisée outre mesure pourraient peu à peu faire une place plus importante à l’ensemble des parties prenantes, ainsi qu’aux critères sociaux et environnementaux.

Le rôle du conseil d’administration est en particulier d’apporter un éclairage sur ces évolutions et de mettre en place un partage des pouvoirs et des richesses, qui permet de favoriser la durabilité tout en assurant la performance. Les entreprises innovantes, qui développent de nouveaux modèles d’affaires, en tenant compte des aspects environnementaux et de gouvernance, surperforment.

La numérisation augmente la transparence. Un collaborateur, client, ou fournisseur, peut influencer les choix stratégiques de l’entreprise.  Les actionnaires sont mieux informés et plus attentifs à la performance extra-financière de l’entreprise dans laquelle ils investissent.

Le conseil d’administration contrôlera notamment l’évolution des compétences et de la force de travail. Les mutations profondes exigent de veiller à l’employabilité, de développer une politique ressources humaines appropriée et un dialogue pertinent avec les partenaires sociaux.

L’entreprise qui a compris ces mutations, et qui fera appel aux compétences cognitives, relationnelles et à l’intelligence académique, performera, parce que les parties prenantes adhéreront à ses valeurs et à son modèle d’affaires.

Le conseil d’administration mènera une réflexion sur la transformation numérique, l’impact sur les clients et ses fournisseurs, la réorganisation des entreprises: casser les silos, partager les données entre différents métiers ou fonctions de l’entreprise, changer les processus, mettre en place des systèmes d’information, améliorer l’efficacité sur toute la chaine de valeur.

Par ailleurs, la numérisation et le développement des technologies pourraient améliorer l’impact environnemental, par exemple en optimisant les flux de matières et les ressources énergétiques.

La communication immédiate a conduit à la globalisation, qui permet une répartition des risques, et parfois une diminution des coûts, mais exige de gérer la complexité et la dépendance potentielle.

La transformation numérique et le développement de moyens de production à la demande rebattent les cartes et pourraient conduire à de nouveaux équilibres et une dépendance moins forte vis-à-vis de de centres de production délocalisés.

La performance extra-financière doit venir équilibrer la recherche de performance financière pour la durabilité de l’entreprise. Rééquilibrer les représentations au conseil d’administration, est essentiel pour atteindre cet objectif: la diversité n’est pas une menace, mais une opportunité!

La diversité des membres du conseil d’administration est un facteur clé de succès, que ce soit une diversité hommes femmes, une diversité de compétences, de personnalités ou de cultures, pour orienter la stratégie de l’entreprise, maîtriser les risques, et anticiper les enjeux d’éthique et de conformité aux réglementations.

* Présidente, Starboard Advisory






 
 

AGEFI



...