De l’utilité des fonds de stabilisation boursiers régionaux

mercredi, 20.11.2019

Il faut multiplier la création de ce type de fonds dans leur version régionale pour stabiliser le cours des entreprises, voire les sauver la crise venue.

Christian Pire*

L’ampleur croissante et la banalisation des crises boursières répétitives imposent de proposer aux épargnants et aux entreprises cotées des solutions financières stabilisatrices. Si j’ai déjà mentionné dans mes écrits l’intérêt des fonds de stabilisation boursier, je suis persuadé qu’il faut multiplier la création de ce type de fonds dans leur version régionale pour stabiliser le cours des entreprises, voire les sauver la crise venue. Depuis plusieurs mois, j’ai mis en ligne* certaines bases techniques des fonds de stabilisation boursiers régionaux (FSBR).

L’idée des fonds de stabilisation boursier est pragmatique: travailler et gérer quotidiennement les volumes de titres afin d’afficher une performance cible de 7%/an (considéré comme une moyenne boursière «historique»), soit du 0,027% / jour. Si ces bases de réalisations sont simples et opérationnelles, encore faut-il accepter de quitter les rives (dérives) des mathématiques boursières, en faveur du retour à la gestion quotidienne des volumes de titres mis à l’échange. Une utilisation sélective encadrée des différentes voies comptables de valorisation étant de mise, l’outil d’investissement fonds de placement est idéal.

En effet, le fonds de placement n’étant pas un produit financier, mais une copropriété, sa valeur liquidative est soumise à des règles comptables, et non plus à la seule logique financière de l’offre/demande. Travailler librement et avec éthique les possibilités comptables offertes par les fonds de placement permettent de créer une voie financière stabilisatrice en support de l’épargne investie dans les entreprises. La stabilisation est et reste l’enjeu principal du monde financier. Si, hier, la Bourse n’était qu’un lieu de confrontation de l’offre/demande, son rôle et l’évolution des moyens techniques font que nous ne pouvons plus nous limiter à cette seule perception.

L’«arme» financière

Le temps est venu de faire évoluer la Bourse du simple lieu de cotation et d’application de stratégies mathématiques au stade d’outil de stabilisation étatique SOCIOECOPOFI (SOCIOlogie, ECOnomie, POlitique, FInance). La bourse doit devenir un des outils de stabilité financière en devenant l’«arme» financière des Etats au service du maintien de la Paix et d’une prospérité logique. Le cycle des crises répétitives à l’ampleur décuplée par les utilisations débridées des potentiels mathématiques, statistiques et algorithmiques du marché Boursier impose d’offrir une solution alternative opportuniste faisant appel à des potentiels techniques boursiers et comptables stabilisateurs. Il faut nous préparer à soutenir les sociétés cotées en Bourse voire à guider avec logique l’évolution de leur cours de Bourse pendant les phases de crise. Tel sera l’un des rôles des fonds de stabilisation régionaux en cas de crise. Simplement utiliser en toute transparence le potentiel des normes comptables mark-to-market, mark-to-model et mark-to-comparison, non pour influencer ou laisser les titres évoluer (divaguer) en fonction de valorisations comptables n’ayant plus aucune crédibilité financière mais, pour pérenniser le système économique et financier. 

Si la Bourse est devenue un lieu d’application, d’optimisation et de privatisation des potentiels spéculatifs mathématiques, financiers et comptables, il est temps de mettre ces mêmes armes au service des potentiels de croissance et de stabilisation des Etats. La journée à la spéculation débridée et la fermeture à la stabilisation du cours de référence par l’utilisation appropriée des potentiels comptables. Comme indiqué en début d’article, s’il est communément admis que la Bourse «fasse» du 7% (soit 0,027% par jour) sur une longue période, pourquoi ne pas stabiliser leur création à l’intérieur de Fonds de Stabilisation Boursier nationaux et régionaux en incluant 3% de frais (soit du 0,039% à obtenir par jour)? 0,039% est-ce si difficile à obtenir avec la norme mark-to-market utilisée à bon escient dans ce cas? Quitte, si besoin très exceptionnel, à avoir certaines contraintes de disponibilités momentanées. Contraintes qui, vu leur importance et ayant un caractère très exceptionnel, pourront être atténuées par un prêt de trésorerie à taux zéro où minime.

*www.agencedecotationihr.com / www.socioecopofi.com






 
 

AGEFI




...