Mobilité intelligente: une occasion à saisir!

lundi, 24.06.2019

Il est primordial pour les investisseurs de comprendre les nouvelles technologies et d'évaluer à sa juste valeur l'environnement concurrentiel.

Sean Fitzgibbon*

Sean Fitzgibbon, gérant principal du BNY Mellon Mobility Innovation Fund, Mellon.

La mobilité, telle que nous la concevons traditionnellement, est en pleine évolution, que ce soit la transition des moteurs thermiques à électriques, le réseau des véhicules autonomes ou encore le lancement de nouveaux modèles de partage de trajets (ride-sharing) ou de covoiturage. Ces changements majeurs touchent indifféremment les entreprises, les gouvernements et les consommateurs. La concurrence pour les parts de marchés est rude entre les sociétés offrant de nouvelles technologies et les dépenses en recherche et développement flambent sur le segment de la mobilité intelligente. Il est par conséquent primordial pour les investisseurs de comprendre les nouvelles technologies et leur impact sur l'environnement, les individus et les entreprises et d'évaluer à sa juste valeur l'environnement concurrentiel.

Les véhicules connectés sont-ils plus sûrs?

En dépit de quelques revers en matière de sécurité et de fonctionnalité, l'arrivée de véhicules automoteurs dans notre quotidien est de plus en plus imminente grâce aux avancées technologiques et en termes de production. 8 des 10 plus grands constructeurs automobiles ont prévu d'avoir recours aux technologies des véhicules autonomes d'ici 2025. D'après les experts, ces véhicules connectés à leur environnement devraient permettre d'accroître significativement la sécurité routière à long terme. Les systèmes de «pilote automatique» et d' «aide à la conduite» seront les premiers acteurs de cette évolution positive. D’après le fournisseur de statistiques économiques IHS Markit, les ventes de véhicules autonomes devraient croître de 51 000 en 2022 à plus de 33 millions dans le monde d’ici 2040, pour représenter 26% de l’ensemble des ventes de nouveaux véhicules. Les entreprises qui fournissent le marché automobile notamment en applications de systèmes anticollision, de phares adaptatifs, d’aide au stationnement et d’appel d’urgence automatique, réussiront à tirer leur épingle du jeu.

Envolée des ventes de batteries

Les progrès réalisés dans le secteur des batteries pour véhicules électriques sont étroitement liés à la conduite autonome et devraient nettement participer à l'amélioration de l'efficacité énergétique globale. D'après Future Market Insight Institute, le marché des batteries de véhicules électriques devrait enregistrer une croissance de 8,5% par an, en moyenne, entre 2017 et 2025. Les ventes devraient quant à elles exploser, passant de 15,9 mds USD en 2017 à près de 36,2 mds USD à fin 2027. Le prix par batterie aura un impact décisif à cet égard. Pour être compétitif face aux moteurs traditionnels à essence et diesel, les experts estiment que le prix d'une batterie doit avoisiner 100 USD par kilowattheure. Les dernières prouesses technologiques laissent présager que cela pourrait être le cas dès 2022/2023. Une majorité de la population pourrait alors se permettre d'acheter un véhicule électrique. L'Amérique du Nord, la Chine, la Corée du Sud et le Japon sont les marchés pionniers dans le développement et l'utilisation de batteries. La réduction des émissions de CO2 et la volonté de limiter la pollution de l'air figurant parmi les priorités de nombreux gouvernements, les véhicules électriques et les entreprises produisant des batteries tireront probablement leur épingle du jeu.

Les balbutiements des nouveaux modèles de covoiturage

Rien qu'aux États-Unis, on estime à 160 milliards USD les coûts engendrés par les embouteillages. Ce montant inclut les sept milliards d'heures perdues par les usagers de la route dans ces bouchons et les plus de onze milliards de litres d'essence supplémentaires consommés. Les modèles de covoiturage tels que ceux de Uber et Lyft pourraient permettre de réduire le nombre de voitures en circulation de 33%. Un tiers des trajets en voiture pourraient être évités dès lors que ces systèmes de partage de trajets seront mis en place, ce qui serait une véritable bouffée d'air frais pour des villes comme Londres qui souffrent d'embouteillages à répétition. Au moins 32 milliards USD ont été investis à l'heure actuelle dans des start-ups développant des technologies pour différents modèles de covoiturage. D'après McKinsey, avec respectivement 24 milliards USD et 23 milliards USD, les principaux marchés de la mobilité partagée sont la Chine et les États-Unis. Les investisseurs doivent cependant garder à l'esprit que les technologies liées à ce secteur sont toujours en cours de développement et que seule une poignée d'entreprises dans le monde sont cotées en Bourse.

La 5G sera indispensable

Les véhicules pourront être connectés non seulement à Internet et aux systèmes de GPS, mais aussi à d’autres véhicules, aux piétons et aux infrastructures les entourant grâce à des technologies déjà existantes. Ces véhicules connectés pourront par exemple détecter l'approche d'une ambulance avant même que le conducteur n'en entende les sirènes. De la même manière, la voiture pourra proposer à son conducteur des parkings bien avant d'arriver à destination ou l'informer très tôt que des piétons sont en train de traverser la route.

Toutes ces options ne relèvent pas de la science-fiction, elles existent déjà. Elles devront en revanche être diffusées plus largement. De fait, au cours des prochaines années, le développement des infrastructures de données connaîtra un essor. On estime aujourd'hui que les voitures connectées nécessitent environ 25 Go par heure pour être reliées au réseau. À titre de comparaison, un film HD en streaming ne requiert que 869 Mo par heure. Le secteur devra combler ces besoins en gestion de données, équipements semiconducteurs, cloud, accès à Internet à haut débit et technologies de communications en temps réel. La mobilité connectée et autonome ne pourra voir le jour que si Internet est suffisamment performant pour traiter et transmettre les données voulues en temps réel. La mise en œuvre de la norme 5G pour l'Internet mobile grâce à un réseau de fibre optique jouera un rôle déterminant dans cette évolution. Les taxis sans chauffeur, les réseaux de distribution intelligents équilibrant la demande en énergie ainsi que les bâtiments et les hôpitaux intelligents qui rythmeront la vie en ville seront connectés à l' «Internet des objets» par différents capteurs et applications. D'après Zion Market Research, le marché mondial de la fibre optique pourrait peser 3,72 milliards USD d'ici à 2022. Selon nous, les marchés financiers valoriseront davantage les entreprises qui développent, produisent et déploient les réseaux de fibre optique dans un monde sans cesse plus connecté, qui offrent d'ores et déjà des opportunités d'investissement attrayantes.

Nous pensons qu'au cours des prochaines années, la mobilité intelligente évoluera bien plus rapidement que prévu par les marchés financiers. Nous conseillons donc aux investisseurs de surveiller étroitement les dernières avancées en la matière afin de ne pas prendre le train en marche.

* Gérant principal du BNY Mellon Mobility Innovation Fund, Mellon






 
 

AGEFI




...