Vers un retour en grâce du secteur de la santé suite à la crise sanitaire

mercredi, 22.07.2020

Hausse des dépenses, innovations thérapeutiques et technologiques: cette industrie est portée par des tendances de fond prometteuses.

Adeline Salat-Baroux*

Adeline Salat-Baroux

Délaissé par les investisseurs ces dernières années, le secteur de la santé offre pourtant une bonne visibilité. Hausse des dépenses de santé, innovations thérapeutiques et technologiques: cette industrie est portée par des tendances de fond prometteuses.

La crise sanitaire du Covid-19 a remis le secteur de la santé sur le devant de la scène. Les acteurs du secteur vont jouer un rôle central pour nous permettre de sortir de cette crise, d’abord en fournissant des tests et des traitements puis, dans un second temps, des vaccins. Le MSCI World Healthcare a par conséquent bien résisté depuis le début de l’année. Néanmoins, au-delà de l’«effet de mode», l’industrie de la santé connaît une croissance structurelle solide. Il s’agit donc d’une véritable thématique d’investissement de long terme, et d’une forte conviction d’Edmond de Rothschild AM qui a lancé son premier fonds santé en 1985.

Plusieurs tendances structurelles portent ce secteur. On observe tout d’abord une hausse des dépenses de santé au niveau mondial, que ce soit dans les pays matures, ou dans les pays émergents, où elles enregistrent une croissance à deux chiffres. Le secteur est par ailleurs porté par l’innovation. On redécouvre d’ailleurs, avec la crise sanitaire actuelle, la capacité d’innovation des groupes de santé, qu’il s’agisse des grands laboratoires, des sociétés de biotechnologie ou des sociétés de technologie médicales.

Certaines innovations sont particulièrement prometteuses. Il y a bien sûr les innovations thérapeutiques, notamment dans le domaine de l’immunologie et en particulier dans l’immuno-oncologie dont les revenus sont encore en forte croissance. On assiste en parallèle à une multitude d’innovations technologiques, en matière de génomique, de robotique et de santé digitale. Outre les valeurs habituelles de l’écosystème de la santé qui peut représenter jusqu’à 50% d’un portefeuille (laboratoires pharmaceutiques et biotechnologie), un renforcement de l’exposition sur les valeurs d’équipement et de technologie médicales comme Abbott, Thermo Fisher ou Illumina, spécialisée dans le séquençage génomique, semble pertinent. Dans le domaine des services de santé, les sociétés de télémédecine présentent de belles perspectives, comme Ping An Healthcare, une société chinoise leader de ce secteur.

Ce mouvement de transformation milite pour un retour en grâce du secteur en bourse. Ces dernières années, il a été pénalisé par les discours politiques aux États-Unis et par les craintes d’une pression sur le prix des médicaments. Aujourd’hui, les valorisations des laboratoires pharmaceutiques et des grandes sociétés de biotechnologie présentent des décotes de 20 à 30% par rapport au MSCI World1. Cela ne semble pas justifié au vu des caractéristiques fondamentales du secteur de la santé. Au-delà de son caractère défensif, il offre une bonne visibilité sur la croissance des bénéfices à long terme, qui s’appuie sur une augmentation régulière et pérenne de la demande et qui est soutenue par l’innovation. Les niveaux de valorisation actuels semblent donc attrayants.

De plus, la consolidation du secteur constitue actuellement un moteur de performance future. Les entreprises de santé ont besoin de renouveler leurs portefeuilles de produits et d’optimiser leurs activités de R&D. Les opérations de fusion-acquisition sont donc très courantes dans le secteur, facilitées par les importants flux de trésorerie dégagés. L’investisseur peut bénéficier chaque année de plusieurs opérations présentant des des primes d’acquisition autour de 40 %2 en moyenne.

1 Source: Bloomberg.

2 Les chiffres ont trait aux années écoulées et ne préjugent pas des résultats futurs.

*Gérante d’Edmond de Rothschild Fund Healthcare






 
 

AGEFI



...