L'armée veut investir 2 milliards de francs en 2018

mercredi, 14.02.2018

Guy Parmelin veut investir 2 milliards cette année dans l'armée. Le ministre de la défense a présenté mercredi sa facture.

Guy Parmelin (à dr.) veut investir 2 milliards cette année dans l'armée. (Keystone)

Le message 2018 sur l'armée remis par le Conseil fédéral au Parlement propose en outre la mise hors service de 27 avions de combat Tiger.

Le gouvernement s'est fixé trois priorités: moderniser certains systèmes des Forces aériennes, compléter l'équipement de la troupe et développer l'infrastructure d'instruction. L'enveloppe de 2,053 milliards de francs regroupe 848 millions pour le programme d'armement, 742 millions pour le matériel d'armée et 463 millions pour l'immobilier. Ces montants avoisinent ceux du précédent message.

Nouvelle tenue

Rayon programme d'armement, le Conseil fédéral demande 377 millions pour un nouveau système d'habillement et d'équipement modulaire destiné à la troupe. Près de 100.000 militaires pourraient être équipés. Le nouveau système coûte environ 3000 francs par personne, près de la moitié de la somme servant à la protection corporelle balistique (gilets de protection).

Cet achat était initialement prévu en 2019. Il a été avancé, car l'évaluation est déjà bien avancée et qu'il s'agit d'une acquisition prioritaire. Un crédit-cadre de 100 millions doit en outre servir à compléter d'autres éléments de l'équipement existant de la troupe, par exemple pour les fusils d'assaut et les fusils de précision.

Hélicoptères et radars

La modernisation des hélicoptères de transport Cougar, engagés pour les transports de matériel et de la troupe, est devisée à 168 millions. Le maintien de la valeur de ces engins en service depuis 20 ans est jugé nécessaire. Ils pourront être utilisés jusqu'en 2030.

Le Conseil fédéral demande en outre 114 millions (radars secondaires) et 16 millions (radars primaires) pour la modernisation du maintien du système de surveillance de l'espace aérien Florako. Septante-trois millions sont prévus pour le remplacement de l'infrastructure au sol de radiocommunication aérienne.

Équipement et instruction

Les crédits-cadres pour le matériel d'armée 2018 financent les études de projets, les essais et les préparatifs d'achats (150 millions), l'équipement personnel et le matériel à renouveler (420 millions) ainsi que les munitions (172 millions).

Enfin, le programme immobilier prévoit 53 millions pour l'adaptation d'installations de l'infrastructure au sol de radiocommunication aérienne, 39 millions pour la rénovation et la consolidation d'une installation militaire classifiée et 27 millions pour la transformation de la halle 4 de l'aérodrome de Payerne.

Des investissements sont aussi requis dans l'instruction: transformation de la place d'armes de Drognens (40 millions), développement de celle Wangen (89 millions) et agrandissement de l'infrastructure au Simplon (30 millions). S'y ajoutent 185 millions destinés à des projets de moins de 10 millions chacun.

Tiger à vendre

Pour la première fois, le message sur l'armée propose des mises hors service de systèmes d'armes importants, comme le prévoit la loi. Selon le Conseil fédéral, les coûts pourront être en grande partie couverts par les recettes escomptées des liquidations. En outre, les charges d'exploitation annuelles diminueront de 5,5 millions de francs.

L'armée va se débarrasser de 27 de ses 53 Tiger. Quatre ont été remis à des collections historiques. Selon le Conseil fédéral, des acheteurs potentiels existent pour les autres avions.

Les 26 appareils restants continueront d'être engagés pour décharger les F/A-18 de tâches annexes, afin que ces derniers puissent être utilisés jusqu'en 2030. Les F-5 seront affectés principalement à l'entraînement, en servant de cibles ou à la surveillance de la radioactivité. Onze resteront à disposition de la Patrouille Suisse.

Dans le cadre de la mise hors service de l'artillerie de forteresse - un vestige de la guerre froide -, les canons Bison et les lance-mines 12 cm restants ainsi que les infrastructures associées seront vendus, ou vidés et fermés. Le Conseil fédéral veut enfin liquider 162 obusiers blindés, 59 véhicules de transport à chenille et 106 chasseurs de chars. (ATS)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...