Tyxit veut connecter les musiciens avec sa technologie sans fil

mercredi, 01.07.2020

Grâce à sa campagne Kickstarter, la start-up vaudoise Tyxit espère réunir un peu plus de 50.000 francs d’ici au 16 juillet. Avec son innovation, elle souhaite conquérir le marché nord-américain.

Diana Da Costa

Le T.One peut se brancher aussi bien sur les instruments que sur les micros, comme le montrent Gaétan Fuchs et Raphael Buache, les co-fondateurs de Tyxit.

Le plaisir de donner un concert en «live» sans le cauchemar de toute l’installation qui le précède, c’est la promesse de Tyxit avec sa technologie sans fil T.One. La start-up basée à Echichens lève actuellement des fonds sur Kickstarter pour le lancement de son produit de dernière génération.  

Le principe est finalement assez simple: un émetteur et un récepteur connectés sur une bande de fréquences radio ISM jusqu’à 30 mètres de distance. Le premier se branche sur l’instrument ou sur le micro, et le second à une oreillette avec laquelle l’artiste obtiendra un retour de son quasi simultané, avec un décalage de deux millisecondes seulement. La configuration et le mixage des différents instruments s'effectuent sur un smartphone via une application.  

Avec ce nouveau système, la start-up vaudoise compte offrir un gain de temps et d'argent précieux aux musiciens dans la préparation de leur matériel. «Nous avons transformé une installation câblée compliquée et coûteuse en une expérience musicale facile et abordable», souligne le directeur général de la start-up Gaétan Fuchs, dans un communiqué de presse. Il faudra compter 234 francs pour se procurer une paire de T.One.  

Si cette technologie s'adresse essentiellement aux petits groupes amateurs et semi-pros, Bruno Constans, le directeur marketing et musical, a été surpris de constater qu'elle intéresse une plus large palette de consommateurs. «Des DJ sont également venus frapper à notre porte», confie-t-il d'un air amusé. «Cela paraît finalement assez logique, ils aiment sauter au même rythme que leur audience et ils voyagent beaucoup. Notre système rend tout cela plus facile.»  

Grâce à sa campagne Kickstarter lancée le 16 juin, Tyxit espère réunir un peu plus de 50.000 francs d'ici au 16 juillet 2020. Aujourd'hui, à un peu plus de la moitié de l'échéance, le projet a récolté près de 30.000 francs. Au total, 12.000 musiciens se sont inscrits pour les pré-ventes et la phase de test, nécessaire aux dernières mises au point du dispositif.

A la conquête des Etats-Unis  

Le nom Tyxit naît de la contraction latine de «tympanum» («tympan») et de «dixit» («il ou elle a dit»). Il évoque la propagation du son. Fondée en 2019, la start-up se veut et s'assume «made in Switzerland» mais Bruno Constans admet qu'il est nécessaire de traverser les frontières pour trouver de potentiels clients. «Nous nous sommes très vite aperçus que l'intérêt pour la musique se trouvait avant tout aux Etats-Unis.» Plus tôt cette année, la start-up s'est d'ailleurs lancée sur le marché nord-américain à l'occasion de la convention sur les innovations technologiques Consumer Electronic Show (CES) à Las Vegas. Elle a pu y présenter des prototypes du T.One au grand public.  

«Mais pour notre domaine, le salon de l’audio professionnel et de la musique du National Association of Music Merchants (NAMM) à Anaheim en Californie est presque plus important», précise le directeur marketing et musical. «C’est vraiment là que nous avons été approchés par des leaders du domaine.»  






 
 

AGEFI



...