Une première en Suisse à l’Hôpital de La Tour

mardi, 22.11.2016

Genève. Le Dr Jorge Sierra et son équipe ont mis sur pied un programme permettant d’opérer les patients atteints d’insuffisance mitrale au moyen du robot da Vinci Xi.

Le robot da Vinci Xi permet au chirurgien d’avoir une vision en 3D tout en réduisant le temps intracardiaque grâce à la précision du geste et à la multitude de possibilités de mouvements.

Traitée par la chirurgie conventionnelle puis par des techniques de chirurgie minimalement invasive dès 2010, l’insuffisance mitrale peut désormais se soigner avec le robot da Vinci Xi.

Les techniques d’intervention sur la valve mitrale ont beaucoup évolué ces dernières années. Réalisée auparavant de manière conventionnelle, l’intervention s’effectuait en ouvrant le sternum, entrainant de nombreux saignements, d’importantes douleurs post-opératoires et des cicatrices parfois inesthétiques. Plus tard, le recours à la chirurgie minimalement invasive a réduit de façon significative le traumatisme opératoire en permettant au chirurgien d’atteindre sa cible à travers de très petites incisions, au moyen d’instruments longs et fins couplés à un système vidéo, explique un communiqué de l'Hôpital de La Tour.

Bien qu’elle soit un réel progrès, la chirurgie minimalement invasive limite toutefois le mouvement du poignet et n’offre qu’une vision 2D, raison pour laquelle les équipes de chirurgie cardiaque ont cherché à aller plus loin. Le robot da Vinci Xi présente des caractéristiques particulièrement intéressantes pour ce type d’interventions. « Il permet au chirurgien d’avoir une vision en 3D tout en réduisant considérablement le temps intracardiaque grâce à la précision du geste et à la multitude de possibilités de mouvements», explique dans le communiqué le Dr Jorge Sierra, médecin spécialiste en chirurgie cardiaque et vasculaire thoracique et initiateur du nouveau programme. «Il s’adapte également très facilement à l’environnement et est très peu encombrant, contrairement au robot de la génération précédente.»

L’utilisation du robot pour ce type d’intervention requiert une solide formation ainsi qu’une pratique régulière de la part de toute l’équipe impliquée. La formation du chirurgien, qui exige qu’il ait réalisé des opérations de chirurgie invasive et minimalement invasive au préalable, garantit une utilisation optimale du robot et assure le meilleur déroulement de l’intervention.

Depuis l’acquisition du premier modèle du robot da Vinci et l’introduction de la chirurgie assistée par robot en 2008, l’Hôpital de La Tour rappelle avoir prêté une attention toute particulière à la mise en place d’un programme de formation, d’encadrement et des contrôles réguliers suivis par tous les intervenants afin de permettre aux meilleurs chirurgiens de disposer des dernières innovations et technologies médicales.


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...