Les reflux de capitaux se sont poursuivis pour GAM au 3e trimestre

mercredi, 21.10.2020

GAM a vu ses capitaux refluer à hauteur de 2,4 milliards de francs au troisième trimestre.

Pour la suite des opérations, la direction de GAM dit s'attendre à ce que les conditions de marché restent volatiles. (Keystone)

Le gestionnaire d'actifs GAM a connu un troisième trimestre difficile, marqué par un nouveau reflux de capitaux, après les près de 6 milliards signalés pour la première moitié de l'année. La masse sous gestion en revanche s'est maintenue à niveau.

La période sous revue a vu refluer les capitaux à hauteur de 2,4 milliards de francs, un mouvement "partiellement compensé par des fluctuations nettes positives du marché et des changes" pour 800 millions, précise le gestionnaire d'actifs zurichois mercredi dans un communiqué.

A fin septembre, les actifs sous gestion de l'unité Investment Management (IM) s'élevaient à 33,9 milliards de francs, contre 35,5 milliards trois mois plus tôt. Dans les activités de gestion pour le compte de tiers (Private Labelling) la masse d'actifs s'est enrobée de 2,6 milliards, à 86,5 milliards.

La copie rendue par GAM est dans l'ensemble inférieure aux prévisions des analystes sondés par AWP. Ceux-ci anticipaient des reflux nettement inférieurs (-0,6 milliard) et une masse sous gestion de 35,2 milliards pour IM. Celle de Private Labelling en revanche s'est avérée légèrement supérieure aux attentes.

Economies dans les clous

En matière de réduction des coûts, l'entreprise est en passe de réaliser son objectif d'économies de 65 millions de francs pour l'exercice en cours, ce qui devrait permettre de ramener les dépenses totales à environ 250 millions.

Pour la suite des opérations, la direction de GAM dit s'attendre à ce que les conditions de marché restent volatiles, mais s'estime être "bien placée pour aider ses clients à traverser cette période difficile" avec sa gamme diversifiée de produits et solutions et son réseau mondial de distribution.

"La poursuite de la simplification de l'entreprise ajoute également des perspectives de gains de productivité supplémentaires au cours des exercices 2021 et 2022", assure l'entreprise.

Un optimisme que ne partage pas la communauté financière. Vontobel par exemple s'attend à voir le gestionnaire d'actifs zurichois boucler 2020 et 2021 sur des pertes sèches, et estime qu'un nouveau train de mesures est inéluctable.

Même son de cloche du côté de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), qui relève qu'avec la baisse de sa principale source de revenus, il ne reste d'autre choix à GAM que de rogner sur les coûts pour préserver sa rentabilité.

Le point de situation présenté par GAM n'a pas été du goût des investisseurs. Après un début de séance hésitant, la nominative GAM a plongé dans le rouge à l'approche de la mi-journée. Vers 11h30, elle se délestait de 1,4% à 1,778 franc, alors que le marché dans son ensemble (SPI) reculait de 0,99%.

Depuis l'éclatement de l'affaire Haywood, du nom de son ancien gestionnaire vedette, l'action de l'ancienne division de gestion d'actifs de Julius Bär a perdu près de 90% de sa valeur. Au faîte de sa gloire mi-2015, elle frôlait les 22 francs. (awp)






 
 

AGEFI



...