Guerre commerciale: l'UE et l'Asian de concert

dimanche, 05.08.2018

Face à la guerre commerciale lancé par les Etats-Unis, l'Europe et l'Asie du Sud-Est se font les avocats du libre-échange.

La dirigeante de la diplomatie européenne Federica Mogherini a assuré à ses homologues asiatiques qu'ils pouvaient compter sur l'UE en tant que partenaire. (Keystone)

L'Asie du Sud-Est de l'Union européenne ont insisté vendredi à Singapour sur l'importance de résister au protectionnisme face à la menace de guerres commerciales, les deux blocs se faisant l'avocat du libre-échange.

Les Etats-Unis ont récemment imposé des droits de douane sur des marchandises venant notamment de Chine et de l'Union européenne, lesquelles ont répliqué en introduisant des taxes à l'importation sur des biens en provenance des Etats-Unis.

Au cours d'un forum organisé à Singapour par l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), la dirigeante de la diplomatie européenne Federica Mogherini a assuré à ses homologues asiatiques qu'ils pouvaient compter sur l'UE en tant que partenaire pour le libre-échange.

"Nous sommes du côté d'échanges libres et équitables qui profitent à tous, plutôt que de celui de guerres commerciales dommageables", a-t-elle déclaré à des journalistes.

La dirigeante européenne a émis l'espoir que des accords d'échanges bilatéraux en cours de négociations entre l'UE et plusieurs pays de l'Asean "seraient un tremplin pour un futur accord de région à région".

L'Asean, qui compte dix pays (Thaïlande, Malaisie, Singapour, Indonésie, Philippines, Brunei, Vietnam, Laos, Birmanie et Cambodge) totalisant quelque 650 millions d'habitants, a conclu des accords de libre-échange au sein de ses membres et avec des partenaires commerciaux de la région.

Des inquiétudes face aux guerres commerciales ont été exprimées par tous les participants à cette réunion de diplomates, selon le ministre philippin des Affaires étrangères, Alan Peter Cayetano.

"La préoccupation quant à des guerres commerciales qui se profilent a été unanime dans la mesure où nous savons que dans une guerre, il n'y a pas de gagnant. Et pire, parfois vous n'êtes pas en guerre, mais vous êtes gravement affectés. Et quand nous parlons de guerre commerciale, nous parlons en fait d'emplois et de vraies personnes", a-t-il déclaré. (awp)






 
 

AGEFI




...