Malade-type du Covid: un homme de 70 ans avec des comorbidités

jeudi, 06.08.2020

Étude. Les symptômes de la maladie n’ont pas tous disparu à la sortie de l’hôpital. Ils persistent pour la majorité des patients même 30 jours après les premiers signes.

Christian Affolter

Deux hôpitaux cantonaux de taille plutôt modeste ont récolté les données les plus précises à ce jour concernant le profil des patients atteints de Covid-19. Les conclusions des hôpitaux d’Aarau et de Fribourg au sujet des facteurs de risque pour tomber gravement malade se ressemblent. Et les comorbidités y jouent un rôle important. 

Les deux études publiées dans le Swiss Medical Weekly placent l’hypertension en tête des comorbidités trouvées au sein des patients hospitalisés ce printemps (en mars et avril). Elles concluent aussi que les «hommes d’un certain âge», Fribourg précisant même «d’environ 70 ans», sont très présents parmi les personnes étudiées. Parmi les autres comorbidités fréquentes se trouvent l’obésité et le diabète, Aarau parlant plutôt de maladies rénales chroniques à la place du diabète. 

L’étude de l’hôpital d’Aarau souligne que ces caractéristiques correspondent largement aux données rapportées de New York, de Wuhan ou encore de la Lombardie. Cependant, les études de Wuhan avaient associé les comorbidités à une mortalité accrue. 

Le rapport d’Aarau souligne que «les comorbidités et l’âge du patient n’ont fourni que peu d’informations permettant de prévoir des évolutions sévères du Covid-19. L’état clinique initial est nettement plus important au sujet d’évolutions défavorables.» Les auteurs reconnaissent toutefois que la sélection en amont de patients sévèrement atteints peut changer leurs résultats par rapport à d’autres recensements, plus larges. 

Une remarque similaire se trouve aussi dans l’étude de l’hôpital de Fribourg, au sujet de la mortalité des patients: «La population de notre étude était plus âgée et a un nombre plus important de comorbidités que les populations faisant l’objet d’études établissant une mortalité plus basse ou à peu près égale.»  

L’étude fribourgeoise se distingue par la récolte de données de l’état de santé du patient 30 jours après la première déclaration de symptômes. Avec le constat que deux tiers des patients «continuent à présenter des symptômes, notamment de la fatigue et de la peine à respirer», selon le communiqué de l’hôpital. La majorité des patients (60%) a toutefois déjà pu rentrer à la maison à ce moment-là. 

Comme l’a souligné le Dr. Gaël Grandmaison, «ces données montrent l’importance d’un suivi à plus long terme de ces patients afin de mieux documenter l’évolution de cette maladie et de proposer un suivi adéquat». Cela vaut surtout pour la période après la sortie de l’hôpital: 99% d’entre les patients sortis ont été contactés par téléphone dans le cadre de cette étude.






 
 

AGEFI



...