BMW revoit à la baisse ses prévisions annuelles

mardi, 25.09.2018

En raison de l'introduction des nouvelles normes anti-pollution, le constructeur automobile BMW revoit à la baisse ses prévisions annuelles.

Sur l'année 2017, BMW avait affiché des performances inédites avec notamment un bénéfice net de 8,7 milliards d'euros. (keystone)

Le constructeur allemand de voitures haut de gamme BMW a révisé à la baisse mardi ses prévisions de résultats pour 2018, évoquant notamment les "distorsions" du marché provoquées par les nouveaux tests d'émissions polluantes WLTP.

Pour sa branche automobile, la principale du groupe, BMW n'attend plus qu'une marge opérationnelle d'"au moins 7%", contre 8 à 10% précédemment, ainsi qu'une "légère baisse" des ventes annuelles, auparavant prévues en petite hausse.

L'entreprise munichoise, fabricante des BMW et Mini, évoque notamment une "compétition plus forte qu'attendue sur plusieurs marchés européens" liée à l'entrée en vigueur des normes WLTP.

En raison de retards dans la mise en conformité avec ces nouvelles normes, certains constructeurs sont soupçonnés d'avoir accordé de gros rabais en juillet, et surtout en août, sur des véhicules qui n'auraient plus pu être commercialisés à partir de septembre, ou bien de les avoir immatriculés auprès de leurs propres concessionnaires afin de les écouler plus tard.

BMW justifie ses nouvelles prévisions également par des provisions plus élevées pour la couverture des garanties, après le rappel ordonné en août par le groupe de 323'700 voitures en Europe en raison d'un danger d'incendie du moteur.

Enfin et comme depuis plusieurs mois, "les conflits commerciaux internationaux créent une incertitude plus grande sur les marchés", constate BMW.

Au deuxième trimestre déjà, le groupe a dégagé un bénéfice net en recul de 6,1% sur un an, à 2,08 milliards d'euros (2,36 milliards de francs), sur fond de léger recul du chiffre d'affaires.

Sur l'année 2017, BMW avait affiché des performances inédites avec notamment un bénéfice net de 8,7 milliards d'euros (+26% sur un an). (awp)






 
 

AGEFI



...