En pleine tourmente Baselworld, MCH voit son résultat semestriel fondre

mardi, 04.09.2018

Ler bénéficie net de MCH, qui organise notamment Baselworld, a enregistré un bénéfice net en fort recul après six mois.

La chute des recettes est liée à la faible participation au salon de l'horlogerie Baselworld. (keystone)

L'organisateur d'événements et de foires MCH a subi un important recul du bénéfice net au premier semestre 2018. Le chiffre d'affaires s'est étoffé grâce notamment à la tenue de nombreuses manifestations cette année. La chute des recettes liée à la faible participation au salon de l'horlogerie Baselworld a été ainsi compensée.

Le bénéfice net s'est replié à 21,9 millions de francs, soit une contraction de plus de 17% sur un an, indique mardi le groupe bâlois. La rentabilité, mesurée au résultat d'exploitation (Ebit), s'est étiolée de 14,6% à 25,7 millions.

Les recettes ont pourtant pris l'ascenseur, s'enrobant de 16,7% à 356,6 millions. L'année 2018 est positive au niveau du cycle des foires, c'est-à-dire que leur nombre est plus important que lors de l'exercice précédent. MCH cite notamment la tenue de Swissbau, le salon suisse de la construction.

Ce calendrier favorable tombe à point nommé pour combler le plongeon des recettes lié à Baselworld. Lors de l'édition 2018, le nombre d'exposants a dégringolé de plus de moitié sur un an à environ 650, ce qui a poussé MCH a inscrire un amortissement de quelque 100 millions de francs au titre de l'exercice 2017.

La profession se montre de plus en plus critique vis-à-vis du modèle proposé pour ce rendez-vous autrefois incontournable de l'horlogerie.

A cette crise est venue s'en ajouter une autre. Fin juillet, le patron du Swatch Nick Hayek a annoncé qu'il renonçait à participer à Baselworld, estimant qu'une telle foire une foire n'a plus de sens pour le numéro un mondial du secteur. Avec ses 18 marques, Swatch était l'exposant le plus important du salon.

Face à cette situation, le directeur général de MCH René Kamm a préférer s'en aller, une démission annoncée début août. Il sera remplacé à titre intérimaire par Hans-Kristian Hoejsgaard, annonce le groupe mardi. Le sexagénaire danois dispose d'une expérience de 30 ans dans le luxe. Depuis 2018, il dirige sa propre entreprise de conseil aux entreprises.

Les charges semestrielles de MCH ont gonflé de 8,3% à 330,9 millions de francs. MCH traverse une phase de transformation, qui passe par une extension de l'offre, un renforcement de la présence internationale et la numérisation des activités.

Pour 2018, l'organisateur de foires table sur un résultat opérationnel négatif. La perte nette pourrait atteindre au moins cent millions de francs, avertit le groupe. (awp)






 
 

AGEFI



...