Sélection active de titres, quelles sont les nouveautés?

jeudi, 21.02.2019

En phase de volatilité, la gestion active des titres, tous secteurs et tous types de sociétés, peut porter ses fruits.

Paolo Corredig*

Des études démontrent que les compétences des certains gestionnaires de fonds contribuent au rendement positif des placements.

Les fortes fluctuations, dues pour la plupart aux cours boursiers qui ont chuté récemment puis se sont relevés, sont une source de stress pour les gestionnaires. Les investisseurs qui se basent uniquement sur leurs performances passées constatent qu’ils ont pris plus de risques que prévu. 

Tout comme les marchés, la performance relative est sujette à la volatilité. Il peut être trompeur d’évaluer les gérants de fonds en fonction de leur rendement trimestriel ou même annuel. Il faut souvent du temps pour que les stratégies de placement portent leurs fruits, d’autant plus que même les approches anticycliques sont rarement directement profitables. 

Bien que le recours à des stratégies indicielles passives puisse s’avérer judicieux dans le cadre d’une diversification de portefeuille, des études montrent qu’une approche de placement stratégique qualifiée peut créer de la valeur ajoutée pour les clients sur un horizon de temps plus long.

Si la surperformance relative agrégée tend à être égale à la sous-performance globale dans le temps, cela peut signifier qu’un nombre relativement restreint de gestionnaires de fonds sont en mesure de surperformer sensiblement leur indice de référence, tandis que la grande majorité d’entre eux produisent des rendements légèrement inférieurs à la moyenne. Cela peut cependant évoluer très rapidement. Si l’on regarde l’historique financier, ce n’est souvent pas le cas: quand l’écart entre les rendements est faible, la performance des gestionnaires et celle des indices de référence ne diffèrent souvent que d’une poignée de points de base, ce qui accroît encore la volatilité des classements de performance relative à mesure que les écarts de rendement se creusent à nouveau. 

De la nécessité d’une gestion active

Les données historiques du marché boursier américain, leader mondial en termes de liquidité et de recherches, montrent que les bénéfices des stratégies actives se distinguent davantage dans certains scénarios. Les gestionnaires de portefeuille actifs ont joué leur carte maîtresse, surtout dans les marchés baissiers à forte volatilité et à large diversification des rendements: Ils ont limité la volatilité à la baisse et ont profité d’un plus large éventail d’opportunités afin de créer de la valeur en sélectionnant des titres ou des secteurs. Vu que l’on s’attend à une plus grande volatilité dans la phase actuelle du marché, due en partie à la normalisation de la politique de la banque centrale, la gestion active des titres semble être à l’ordre du jour. 

La question est de savoir comment les investisseurs peuvent trouver le «bon» gestionnaire de portefeuille. Des études scientifiques montrent qu’il y a certaines caractéristiques communes associées à la surperformance relative. Par exemple, les gestionnaires de fonds performants devraient être en mesure de surveiller les nombreux facteurs qui peuvent entraîner des fluctuations des rendements relatifs. 

Le coût est également l’un des critères de sélection les plus importants. Bien que la recherche ait révélé que certains gestionnaires actifs génèrent une valeur supérieure à la moyenne par rapport aux frais, cet avantage diminue généralement après déduction des commissions et honoraires. Toutefois, si la valeur ajoutée des placements passifs est nulle, un gestionnaire de fonds actif perd sa raison d’être. 

Les gestionnaires actifs qui peuvent réduire leurs frais ont un avantage important sur leurs concurrents. Plus une entreprise gère d’actifs, plus elle est rentable. 

Facteurs de succès pour une gestion active

Toutefois, un rendement relatif supérieur repose également sur des facteurs plus substantiels liés à l’investissement. Cela inclut, par exemple, l’expertise dans le choix des actions. Certaines études sont arrivées à la conclusion que les gestionnaires actifs en actions sont en mesure de choisir des titres qui surperforment le rendement du marché en général sur une base prévisionnelle des coûts. 

Un autre facteur de succès est l’expérience des gérants de fortune: les stratégies actives avec des équipes de gestion sans turnover qui sont en place depuis un certain temps ou même depuis plusieurs cycles ont tendance à être plus performantes. Enfin et surtout, les équipes ayant des responsabilités claires surpassent leurs concurrents ayant des structures organisationnelles moins bien définies.

Les investisseurs doivent toujours être vigilants lorsqu’ils choisissent un gestionnaire de fonds. Au fil du temps, même une légère amélioration du rendement annualisé peut faire une différence significative sur la valeur globale du portefeuille.

*Responsable du marché suisse, T. Rowe Price






 
 

AGEFI



...