Bourse Zurich: reprise difficile après le week-end pascal

mardi, 03.04.2018

En ouverture, le SMI reculait de 0,89% à 8663,35 points. L'ensemble des 30 valeurs vedettes s'affichait en baisse.

En ouverture, le SMI reculait de 0,89% à 8663,35 points. L'ensemble des 30 valeurs vedettes s'affichait en baisse.

La reprise s'est avérée douloureuse pour les indices helvétiques mardi, après une longue pause pascale. Ouverte dès lundi, la place new-yorkaise a pâti des répliques sur plusieurs grandes cotations technologiques du séisme lié à l'utilisation indue de données personnelles par Facebook, ainsi que et surtout de la recrudescence des bisbilles commerciales entre Washington et Pékin.

Raiffeisen attribue ainsi le mouvement de ventes constaté à Wall Street à une "vague de nouvelles désastreuses, comme la réponse de la Chine à la guerre commerciale". Le troisième établissement bancaire du pays rappelle par ailleurs que des prises de bénéfice sur les poids lourds pharmaceutiques avaient déjà empêché le Swiss Market Index (SMI) de prendre de la hauteur.

"La politique décisionnaire de l'administration Trump, peu orthodoxe et imprévisible, risque fort de maintenir les marché sur le fil du rasoir", prévient de son côté UBS. La banque aux trois clés souligne de surcroît que si une combinaison de facteurs géopolitiques et fondamentaux sont bien à l'origine des récents accès de faiblesse sur les marchés, ces derniers ont été exacerbé par des facteurs techniques.

Le numéro un bancaire helvétique demeure néanmoins confiant dans l'évolution des cours, anticipant notamment une progression des gains des entreprises dans la foulée de la réforme fiscale adoptée récemment par cette même administration Trump.

Les nouvelles d'entreprises locales n'étaient pas de nature, ni d'envergure suffisante, pour inverser la tendance au pessimisme. Sur le front conjoncturel, les indices des responsables d'achats (PMI) en zone euro comme en Suisse confirment le ralentissement de la croissance du secteur manufacturier. Les recettes du commerce de détail helvétique ont stagné en février.

A 10h53, le SMI abandonnait 1,28% à 8628,70 points, le Swiss Leader Index (SLI) 1,36% à 1415,25 points et le Swiss Performance Index (SPI) 1,26% à 10'061 points. Sur les trente cotations les plus en vue de la place, seul Dufry sortait la tête de l'eau.

Le conglomérat d'ingénierie ABB (-2,4%) héritait de la lanterne rouge provisoire, juste derrière Credit Suisse (-2,2%). La banque aux deux voiles a vu sa consoeur UBS raboter son objectif de cours, sans toucher toutefois à sa recommandation d'achat. Lonza (-2,3%) empêchait UBS (-1,9%) de compléter le podium des plus piètres performances. Les bancaires n'étaient résolument pas à la fête, Julius Bär cédant 1,8%.

Roche (-1,2%) ne profitait guère d'une extension d'homologation accordée par Swissmedic au traitement en première ligne avec l'Alecensa (alectinib) d'une forme rare de cancer du poumon. Les pertes des deux autres mastodontes de la cote helvétique Novartis (-1,0%) et Nestlé (-1,1%) demeuraient aussi en deçà de celles de l'ensemble du SMI.
Le laboratoire saint-gallois Vifor (-0,5%) et le producteur verniolan d'arômes et de parfums Givaudan (-0,8%), bien que sous la barre, complétaient le trio de tête emmené par Dufry (+0,1%).

Sur le marché élargi, le facilitateur zurichois de distribution DKSH (-1,7%) déplore le départ subit de son responsable approvisionnement. Le fournisseur d'accès spécialisé aux bâtiments Dormakaba (-2,1%) s'apprête à dépecer sa coentreprise indienne Dorset Kaba, dont il entend reprendre le gros des activités.

Le fabricant de visserie et de solutions de fixation Bossard (+4,9%) rappelle qu'il n'a pas fourni à Tesla des boulons de direction défectueux à l'origine du rappel par le constructeur automobile américain de plus de 120'000 modèles S. Le groupe zougois en profite pour assurer n'avoir pas essuyé les déboires évoqués dans la presse sur son premier trimestre 2018, une semaine avant la publication officielle de résultats concrets.
De nombreuses sociétés ont par ailleurs procédé ce jour au versement sur le compte de leurs actionnaires des dividendes accordés au titre de 2017. Autoneum (-4,6% ou 12,00 CHF) a offert une rémunération de 6,50 CHF par nominative. Bobst (-3,4% ou 3,60 CHF) a élagué sa valorisation par action de 2,60 CHF, Implenia (-4,0% ou 3,00 CHF) de 2,00 CHF, Intershop (-3,8% ou 19,00 CHF) de 22,00 CHF et SPS (-4,9% ou 4,55 CHF) de 3,80 CHF.(awp)






 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01




...