La stratégie de la dernière chance pour Euronews

jeudi, 24.11.2016

En difficulté financière, lancée dans une course contre la montre, la chaîne de télévision européenne d’information internationale en continu, Euronews, doit impérativement transformer son modèle sous peine sinon d’extinction.

Le siège d'Euronews à Lyon (Photo Stéphane Audras)

Créée en 1992 et lancée le 1er janvier 1993, Euronews, dont la SSR est actionnaire, se trouve dans une impasse. Conséquence de la crise que connaît le secteur depuis 2011 et qui la fragilise, changer de cap est impératif si elle veut demeurer dans le top trois des chaînes d'information internationale. Acteurs de l’économie - La Tribune en dévoile les contours.

Loin devant, BBC World News (dont le budget annuel serait de l'ordre de 400 millions d'euros) et CNN International (impossible de connaître son budget qui serait encore plus élevé) trustent toujours le haut du classement, bénéficiant d'une image (très) puissante, internationalement reconnue, résultat d'une stratégie gagnante reposant sur des formats d'émissions et des contenus éditoriaux identifiés, mais surtout de l'aura de leurs chaînes mères, la BBC au Royaume-Uni et CNN aux États-Unis.

Si elle ne joue pas dans la même cour, ne dispose ni du même soutien ni de la même puissance de marque, Euronews n'a pas à rougir de son statut. Elle est reçue dans 426 millions de foyers répartis dans 158 pays. Et se trouve être la première chaîne dans la zone EMEA (Europe-Moyen Orient-Afrique), avec 299 millions de foyers la recevant, devant France 24 (251 millions), CNN International (189) et BBC World News (151), selon les mesures d'audience de comScore. Son président revendique être la "première chaîne d'information en Europe" avec 3,9 millions de téléspectateurs quotidiens, néanmoins en baisse depuis 2012.

La prise de participation majoritaire au capital par l’homme d’affaires égyptien Naguib Sawiris, en 2015 – à l’issue d’un opaque montage dans les paradis fiscaux –, a été une première étape.

La seconde sera l’application du plan stratégique, baptisé Next, qui dès 2017, doit changer en profondeur culture d'entreprise et emploi, et devrait sceller l’alliance éditoriale et capitalistique avec NBC News.

Le plan Next doit permettre une économie de six millions d'euros sur cinq ans, dont 1,5 est dû à la réduction de la masse salariale.

Gilles Marchand, directeur de la Radio Télévision Suisse et membre du conseil de surveillance, est de son côté catégorique : "L'intention est de développer Euronews en une chaîne d'information européenne, la première avec ce focus, dans le respect complet des valeurs de service public. Soit l'équilibre des informations et des points de vue, le souci d'explication et de décodage et l'exhaustivité thématique. La présence d'actionnaires privés dans le capital ne pose aucun problème de principe dans la mesure où ils s'engagent à respecter ces valeurs et que les processus et chartes de la chaîne le garantissent."

 

 


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 

...