La patience et la résilience interne s’imposent en période d’incertitude

mercredi, 27.11.2019

En 2019, l’environnement favorable aux actifs à revenu fixe a renforcé le rendement de la dette des marchés émergents. Qu’en sera-t-il à l’avenir?

Denise Simon*

Le contexte économique mondial a un fort impact sur les performances des actifs des marchés émergents: les conditions financières internationales, la politique monétaire, la dynamique commerciale, les fluctuations des cours des matières premières, les risques géopolitiques et, surtout, la croissance mondiale, exercent une influence majeure sur la dette de ces marchés. Dans tous les pays développés, les indicateurs de croissance mondiale ralentissent depuis plusieurs trimestres: à peine positive en Europe, la croissance aux Etats-Unis est inférieure à la tendance malgré une forte consommation intérieure. En particulier, la dynamique de croissance du dernier cycle a été exacerbée par l’incertitude liée au conflit commercial sino-américain, ainsi qu’à d’autres facteurs de risque mondiaux. Néanmoins, une inflation bénigne et de mesures de liquidité fortes prises par les banques centrales ont créé un environnement favorable aux actifs à revenu fixe, notamment la dette des marchés émergents qui a produit des rendements à deux chiffres à ce jour, en 2019.

Tempérer les attentes sur le rendement à long terme

La question essentielle que doivent se poser les investisseurs obligataires sur les marchés émergents, c’est de savoir si cette classe d’actifs peut continuer à générer de solides rendements corrigés du risque, dans le contexte d’un nouveau ralentissement de la croissance dans les pays développés.

Compte tenu de la situation actuelle à l’échelle internationale, et des solides performances récentes de la dette sur les marchés émergents, il nous semble important de tempérer les attentes en matière de rendement à long terme. Cependant, les parties de la classe d’actifs les plus fortement corrélées aux taux d’intérêt des marchés développés continueront normalement à produire des rendements corrigés du risque attrayants, tant en valeur absolue que par rapport à d’autres alternatives à revenu fixe. C’est l’une des raisons pour lesquelles, dans l’environnement actuel, nous pensons que la dette des marchés émergents est sur le point de générer des rendements de l’ordre de 5% grâce au fort report de la classe d’actifs. 

Les banques centrales des marchés émergents disposent d’une plus grande marge de manœuvre qu’en 2018 pour assouplir leurs politiques, grâce à une amélioration considérable des conditions financières mondiales et aux tendances désinflationnistes. En outre, la dynamique de croissance sur les marchés émergents a montré des signes de stabilisation. Par conséquent, les perspectives d’amélioration du crédit et des taux d’intérêt locaux à court terme sur les marchés émergents restent positives. Ainsi les crédits de qualité à long terme devraient-ils continuer à être bien soutenus dans l’environnement de rendement actuel lower for longer (moins mais plus longtemps). De même, la durée et le report se situeront également à de bons niveaux sur les marchés de la dette locale.

Encore des obstacles

De manière générale, nous estimons qu’il est trop tôt pour s’engager radicalement en faveur des devises des marchés émergents à haut rendement. Nous pensons que le marché doit encore surmonter quelques obstacles majeurs, avant que ne soient réunis tous les ingrédients nécessaires à une période de surperformance pluriannuelle sur les marchés émergents. Plus précisément, nous attendons de meilleurs niveaux de valorisation des hauts rendements ou des signes d’un rebond durable de la croissance mondiale. Lorsque la croissance dans les pays développés finira par rebondir, les différentiels de croissance avec les marchés émergents vont probablement s’amplifier en faveur de ces derniers. Ce type d’environnement a tendance à privilégier fortement les flux de capitaux vers les marchés locaux, conduisant à une appréciation durable et significative des devises émergentes. En attendant, l’approche prudente consiste à attendre patiemment et à exploiter le report attrayant sur les segments de première qualité de la dette des marchés émergents.

*Gestionnaire de portefeuille dette émergente Lazard Asset Management






 
 

AGEFI




...