Genève: plan d'action pour améliorer le transport des marchandises

mercredi, 05.12.2018

Elaboré avec les milieux professionnels et économiques du canton, Genève se dote d'un plan qui comprend 22 actions pour améliorer le transport de marchandises.

Chaque année, 6,4 millions de tonnes de marchandises sont transportées dans le canton de Genève. (Keystone)

Le canton de Genève a élaboré un Plan d'action marchandises et logistique urbaine 2019-2023, une première en Suisse. Objectif: améliorer le transport des marchandises grâce à une meilleure utilisation des infrastructures et à la création de nouveaux services.

"La route doit être prioritairement réservée à ceux qui en ont vraiment besoin, et il faut des alternatives pour les autres. La fluidité des déplacements est un élément central de notre prospérité", a relevé mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures.

Chaque année, 6,4 millions de tonnes de marchandises sont transportées dans le canton, où les professionnels parcourent plus de 6,6 milliards de kilomètres par an et disposent de 1200 places de livraison. Or leurs besoins génèrent parfois des conflits avec ceux des autres usagers de la route.

Plateforme logistique

Elaboré avec les milieux professionnels et économiques du canton, ce plan est composé de 22 actions, elles-mêmes divisées en cinq thématiques. En matière de régulation et de fonctionnement, le plan propose, par exemple, de créer une plateforme logistique au centre-ville à partir de laquelle les marchandises seront livrées par des véhicules moins polluants que les gros camions.

Parmi les innovations envisagées figure la reprise directe des emballages afin de limiter le flux des camions. La thématique "Zones industrielles et ferroviaires" mise sur la complémentarité du rail et de la route, notamment en installant un site logistique mutualisé à La Praille, près des voies ferrées. La question des chantiers et celle des transports spéciaux sont aussi thématisées.

"Chaussée non extensible"

Le plan prévoit enfin un volet de communication et de suivi des mesures. Pour chaque action, les personnes et services responsables ont été identifiés, a fait savoir Chrystelle Charat, directrice de projets stratégiques et transversaux à l'Office cantonal des transports.

Au nom de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève, Nathalie Hardyn estime que les professionnels ont "tout intérêt que ce plan d'action marche, car la chaussée n'est pas extensible." Même son de cloche de l'Association suisse des transports routiers. Le président de la section Genève Christophe Pradervand salue "un plan d'action de terrain, pas utopique." (ats)






 
 

AGEFI



...