EFG réorganise sa direction et son activité en Suisse

lundi, 11.06.2018

EFG International procède à une réorganisation. Le comité de direction sera désormais composé de six membres et les deux unités d'affaires actives sur le marché suisse seront fusionnées, a indiqué la banque lundi.

Dès le 1er juillet, les activités en Suisse - plus important marché du groupe - seront regroupées sous la direction de Franco Polloni.(keystone)

Le comité de direction sera composé de six membres dès le 1er juillet, incluant Giorgio Pradelli, directeur général (CEO), Renato Cohn, vice-CEO et directeur des solutions d'investissement, Vittorio Ferrario, responsable de la conformité et Dimitris Politis, directeur financier. Le directeur des opérations, Christian Flemming, et Thomas Mueller, responsable du risque, rejoindront également le comité, a précisé EFG.

Un nouvel organe composé des directeurs régionaux verra également le jour. En plus des membres du comité de direction, il accueillera les responsables des régions et le directeur de la technologie Mark Bagnall. L'objectif de cette nouvelle structure est de soutenir le comité de direction et de répondre aux besoins des activités régionales d'EFG, précise la banque.

Dès le 1er juillet, les activités en Suisse - plus important marché du groupe - seront regroupées sous la direction de Franco Polloni, actuellement responsable de la Suisse centrale et du Tessin. Adrian Kyriazi, qui dirigeait jusqu'ici la région Suisse romande et Europe continentale, se concentrera sur ce second marché ainsi que sur le Moyen-Orient et l'Est de la Méditerranée.

Croissance rentable visée

"Suite à l'intégration réussie dans les temps de BSI au sein d'EFG, notre priorité pour 2018 est d'optimiser l'organisation et de faire avancer les activités combinées pour croître de manière rentable", a souligné Giorgio Pradelli, directeur général d'EFG.Fin février, le gestionnaire de fortune avait indiqué qu'il souhaitait se concentrer sur la croissance et une base coûts amincie pour l'année en cours. L'exercice 2017 s'était en effet soldé par des coûts d'intégration élevés pour BSI et de larges sorties de capitaux.L'accent est mis sur la croissance organique, même si à moyen terme de "petites acquisitions" sont envisageables, a récemment déclaré la direction.(ats)

 

 






 
 

AGEFI



...