Efficacité décisionnelle: les Big Data requièrent une Big Picture

jeudi, 23.08.2018

Nathalie Feingold*

Nathalie Feingold

Dans toute entreprise qui s’appuie sur des données pour créer de la valeur, piloter efficacement et prendre de bonnes décisions nécessite une vue d’ensemble complète et juste des données. Or, obtenir une «Big Picture» s’agissant de «Big Data» est un challenge. Voici trois axes à ne pas négliger pour y parvenir.

Qu’il s’agisse de gestion financière, de gestion des risques, de ressources humaines ou de marketing, piloter et prendre des décisions nécessite d’avoir accès à des données complètes et de bonne qualité. Or, la quantité de données disponibles augmente de façon exponentielle et les outils de gestion se multiplient. A mesure que la quantité de données augmente, il devient de plus en plus difficile d’obtenir une vue complète des données de l’entreprise, une «Big Picture» qui est pourtant essentielle pour piloter efficacement. Voici trois axes à privilégier.

Le premier axe à privilégier est la capacité d’agrégation des données. C’est en effet la capacité à synthétiser l’information et à croiser les données qui permet le pilotage efficace et la mise en place d’outils, tels que des indicateurs et des tableaux de bord. Ainsi, obtenir une vue d’ensemble suppose une capacité à agréger de grandes quantités de données souvent hétérogènes par leur format, leur profondeur d’historique, leur granularité ou leur langage. Ce sujet appelle une gouvernance stratégique adaptée ainsi qu’un travail d’investigation et de manipulation au plus près des données (couramment appelé «pre-processing»), travail de fourmi souvent encore incontournable aujourd’hui malgré la performance des outils de Business Intelligence.

Le deuxième axe à privilégier est la connaissance cartographique des données. Car en effet, il est difficile de piloter si on ne sait pas quelles données sont disponibles ni où trouver l’information. De même, il est périlleux de prendre des décisions si l’on n’a pas confiance dans les données et si elles ne sont pas traçables. Ainsi, plus l’environnement est large et complexe, plus une connaissance cartographique permet de savoir où sont produites, collectées, stockées les données et par qui elles sont manipulées. Pour être efficace, cet axe nécessite une hauteur de vue adéquate accompagnée de l’engagement du management pour accéder au panorama complet des activités concernées.

Le troisième axe à privilégier est le périmètre des données. La croissance constante et rapide des données, induite non seulement par les activités opérationnelles mais également par la croissance des entreprises elles-mêmes rendent le périmètre des données complexe et mouvant. Ainsi, dans un monde en perpétuelle évolution, il est indispensable de prioriser des outils et méthodes d’analyses flexibles qui sont capables de s’adapter à l’évolution du périmètre des données qui est un phénomène constant dans toute organisation en croissance.

Ainsi, dans toute entreprise qui s’appuie sur des données pour créer de la valeur, les «Big Data» nécessitent une «Big Picture». Il faut être capable de capter et rendre compte d’une vue globale favorisant un pilotage et un décisionnel efficace, et en même temps de gérer au plus près la qualité et la traçabilité des données. Car comme en photographie, une vue panoramique demande de la netteté, un bon cadrage et suffisamment de recul pour éviter les angles morts.

* Fondatrice de npba






 
 

AGEFI



...