Le numérique à l’origine du double changement de CEO

jeudi, 20.02.2020

Chez UBS et Credit Suisse un certain essoufflement était perceptible auprès des deux anciens CEO à un moment où il faut pourtant lancer de nouvelles initiatives stratégiques qui permettent de positionner les deux grandes banques à l’ère du numérique.

Christian Affolter

Probablement personne n’aurait pensé que les deux grandes banques suisses UBS et Credit Suisse nommeraient un nouveau CEO au cours du même mois de février. Les circonstances – scandale d’espionnage avec enquête de la Finma par-ci, succession apparemment prévue depuis au moins 15 mois par-là – paraissent trop différentes pour laisser penser à autre chose qu’un pur hasard du calendrier. 

Tant UBS que Credit Suisse ont néanmoins eu de la peine au cours des derniers mois à donner une direction claire face aux défis actuels et à venir. Ce double changement de CEO n’est donc peut-être pas qu’une simple coïncidence. Un certain essoufflement était perceptible auprès des deux anciens CEO à un moment où il faut pourtant lancer de nouvelles initiatives stratégiques qui permettent de positionner les deux grandes banques à l’ère du numérique. C’est notamment par rapport à ce critère-là que les investisseurs ont apporté leur jugement. 

Leur réaction indique que Tidjane Thiam avait tout de même encore de la crédibilité en ce qui concerne les réductions de coûts indispensables face à la pression exercée par l’automatisation, le développement de services en ligne. C’est aussi une sorte d’avertissement à Thomas Gottstein, d’autant plus attendu sur ce terrain, de ne pas relâcher ses efforts. La hausse de l’action UBS jeudi tient aussi à la numérisation, autrement dit la promesse qu’ils attribuent à Ralph Hamers, le nouveau CEO.






 
 

AGEFI



...