Early Metrics, la notation des startups prend son envol

jeudi, 13.10.2016

Early Metrics couvre déjà 700 sociétés en Europe dont plus d'une trentaine en Suisse. Pour le compte d'une centaine de clients.

Nicolette de Joncaire

Antoine Baschiera d'Early Metrics.

Comment devenir une start-up prometteuse? Une question que se posent tous ceux qui tentent l'aventure et à laquelle répondait Antoine Baschiera d'Early Metrics au Start-Up Day de l'EPFL.

Fondateur, avec Sébastien Paillet, de la première agence de notation de startups et d'entreprises de petite taille innovantes non cotées, il donne enfin une réponse aux investisseurs qui n'avaient jusqu'ici aucun outil d'analyse de ce type de sociétés.

Pas de conflit d'intérêt comme dans le cas des grandes agences de rating rétribuées par les émetteurs (ce qu'on leur a largement reproché) et donc pas de biais structurel aux résultats présentés. Early Metrics est au service des investisseurs ou des établissements qui veulent en savoir davantage sur des prestataires potentiels innovants mais inconnus du marché.

Pas d'évaluation de la dette non plus puisque les startups n'empruntent pas et se financent par participation au capital. Que note l'agence pour chaque société?  Ses dirigeants, son projet et sa technologie et le marché sur lequel elle opère.

Bilan à ce jour: 700 sociétés couvertes en Europe dont plus d'une trentaine en Suisse où Early Metrics travaille en partenariat avec l'EPFL et Fongit, l'incubateur soutenu par l'Etat de Genève.  Prochaine étape, une couverture globale.

  • Entretien à retrouver vendredi dans l'Agefi.


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...