Du travail, de la communication et de la chance

jeudi, 03.09.2020

Céline Renaud*

Céline Renaud

Un vendredi soir à l’observatoire Astroval à la Vallée de Joux, j’assiste à une conférence de l’astronaute Claude Nicollier. Au total, Claude Nicollier est sorti quatre fois dans l’espace dont la première mission pour réparer le télescope Hubble. Il dit avoir bénéficié d’une chance incroyable d’avoir été sélectionné parmi quelques autres Européens pour l’Agence Spatiale Européenne.

Après des mois d’entraînement dans l’eau pour tenter de travailler dans des conditions similaires, l’équipage était fin prêt. Au sortir du véhicule qui les ont amenés au pied de la navette spatiale, on leur a répété la célèbre phrase : «Failure is not an option!»

Il dit avec beaucoup d’humilité que pour avoir vécu ces expériences incroyables, il a fait preuve de beaucoup de travail et d’énormément de chance!

C’est comme pour la réussite d’une entreprise. Un célèbre patron actif dans la pharma a rajouté la communication au travail et à la chance. En effet, pour réussir il faut beaucoup de travail. Il faut bien sûr communiquer sur ce que l’on fait c’est d’ailleurs la même chose pour l’individu en entreprise.… Il faut trouver le bon équilibre entre travail et communication sur ce qui était accompli. Un excès de communication sur ses propres réalisations peut dénoter d’une personne ou d’une entreprise qui ne fait pas autant que ce qu’elle dit. Et avec la crise sanitaire et le télétravail, de nombreux cas sont ressortis dans les entreprises.

A contrario, un excès de travail sans communication, c’est un peu l’ingénieur fou qui bosse et qui invente, l’intello, mais dont on ne sait pas exactement ce qu’il fait et dont malheureusement les fruits de son travail ne pourront pas toujours servir à la mission de l’entreprise… Il y a des perles dans chaque entreprise qui ne demandent qu’à être découvertes.

Pour notre entreprise active dans la musique, la communication a joué un rôle crucial: nous avons fait passer des émotions que peuvent nous procurer cette écoute au travers de l’histoire de la forêt et de ses arbres multi-centenaires ainsi que le cueilleur d’arbres qui choisissait ses arbres avec tant d’amour. Cela permet de fédérer tous les stakeholders autour d’un projet.

La communication peut aussi être interprétée comme la forme voire même le style vestimentaire. Dans notre culture, ne pas trop se montrer ni sortir du lot est le mot d’ordre. Même s’il est dit que l’habit ne fait pas le moine, une célèbre coach en image argumente que cela ouvre les portes du monastère … Il ne s’agit pas que de la communication verbale ou écrite mais également de la communication non-verbale qui joue un grand rôle.

Le troisième ingrédient est la chance. Claude Nicollier parle de l’immense chance d’avoir été choisi. Il aurait très bien pu ne pas sortir une seule fois dans l’espace. Il est dit que la chance ne vient pas par hasard, la chance se travaille, il faut avoir tout bien fait pour qu’elle puisse arriver.

Cette chance qui m’a souri tant de fois dans notre entreprise… ou qui était si souvent aussi à bout touchant alors que je brûlais d’envie d’y arriver. Par la suite j’ai compris que la chance résidait parfois dans certains cas où cela ne se concrétisait pas !

Une majorité d’entrepreneurs cite la chance comme étant très importante dans leur succès. À bien y penser, le succès d’une entreprise réside bien dans le meilleur équilibre entre travail, communication et chance.

* Entrepreneure et conférencière






 
 

AGEFI



...