Du financement mixte pour atteindre les objectifs de développement durable de l’ONU

mardi, 27.11.2018

Maria Teresa Zappia*

Maria Teresa Zappia

En 2015, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté les objectifs de développement durable (ODD), un ensemble de 17 objectifs dont le but est de mettre fin à la pauvreté dans le monde d’ici à 2030. Mais il manque encore des investissements annuels d’un montant de 2,5 milliards de dollars.

Par blended finance (financement mixte), on entend l’utilisation stratégique de capital provenant de sources publiques et philanthropiques afin de mobiliser des investissements supplémentaires du sec-teur privé. La méthode consiste à combiner le capital d’investisseurs publics avec des instruments de réduction des risques, afin de mobiliser du capital privé et de le canaliser dans des pays en voie de développement et émergents. Elle constitue dès lors une approche prometteuse pour accélérer l’at-teinte des ODD et combler la lacune d’investissement de 2,5 milliards de dollars.

Il y a différents exemples de tels instruments de financement mixte. Les fonds de financement mixte dits «multicouches» sont des instruments éprouvés dans lesquels le secteur public assume typique-ment le rôle principal dans la structuration, le sponsoring et le seeding du fonds. Dans ces fonds, des investisseurs publics et des établissements de financement du développement subordonnent leur capital et leurs bénéfices à ceux d’investisseurs privés. Ils font cela dans le but d’avoir un impact social et / ou écologique ainsi que pour mobiliser du capital privé et réaliser ainsi une aug-mentation du volume global du fonds et de la capacité d’investissement.

Structure fondée sur des principes de private equity

La tranche Junior constitue l’élément fondamental de tels fonds et repose uniquement sur des prin-cipes de private equity. L’expectative de rendement se base typiquement sur le principe de la préser-vation du capital. Les investisseurs commerciaux profitent en outre d’une amélioration sensible du crédit, car la subordination d’investisseurs publics et d’établissements de financement du développe-ment fonctionne comme un mécanisme de de-risking. Ces fonds «multitranches» ont permis de mobi-liser des investisseurs bien établis, qui sinon n’auraient pas investi dans ces catégories de placement et dans ces domaines.

Cap sur Blended Finance 2.0

Les instruments de financement mixte ont pu mobiliser plus de 100 milliards de dollars. Pour atteindre effectivement les ODD d’ici à 2030, le marché du financement mixte doit encore croître davantage. Le secteur privé doit augmenter sa participation aux instruments de financement mixte. Les investisseurs commerciaux doivent obtenir une présence plus forte et des droits de consultation. Les résultats d’un sondage montrent que les investisseurs commerciaux sont tout à fait prêts à recourir davantage au financement mixte. Mais pour cela, il est nécessaire que les instruments de financement mixte soient mieux adaptés à leurs besoins, notamment en ce qui concerne la simplification des structures de fonds, l’accessibilité, la standardisation et les expectatives en matière de risque / rendement.

Si le secteur public répondait mieux à leurs besoins dès le début et les intégrait davantage, les investisseurs commerciaux pourraient être le facteur décisif pour la croissance du marché du financement mixte.

* Chief Investment Officer BlueOrchard Finance






 
 

AGEFI



...