InVoli prend son envol et ambitionne de s’implanter à l’international

mercredi, 16.05.2018

Après un an d’existence, l’entreprise lausannoise annonce sa première levée de fonds de 500.000 francs et cherche à s’installer aux Etats-Unis.

Matteo Ianni

L'entreprise lausannoise développe des logiciels pour intégrer de manière sécurisée les drones dans le trafic aérien.

Aujourd’hui, plus de 70 entreprises suisses sont présentes sur le marché des drones. Parmi elles, InVoli, connue auparavant sous le nom «OneSky».

Cette jeune entreprise lausannoise développe du matériel informatique et des logiciels permettant d’intégrer de manière sécurisée des drones dans le trafic aérien, répondant ainsi aux besoins des professionnels des drones et des autorités nationales de vol, tout en augmentant la sécurité aérienne.

La solution d’InVoli se présente sous la forme d’un logiciel, qui permet à tout utilisateur de drone de voir, sur l’écran de son ordina-teur, de son smartphone ou directement sur le logiciel de contrôle de son drone, les autres appareils aux alentours, via une détection des appareils à basse altitude.

Développer un réseau mondial

Après à peine un an d’existence, la jeune entreprise annonce sa première levée de fonds de 500.000 francs. «Il va sans dire que la clôture du premier tour est un grand succès pour nous, se félicite Emanuele Lubrano, CEO et fondateur d’InVoli. Elle signifie que nous allons dans la bonne direction, que l’intégration des drones dans le monde de l’aviation est un vrai problème et que notre approche est solide. Cette première levée de fonds – nous avions jusqu’à présent vécu de nos économies – doit nous permettre de terminer notre phase de prototypage et d’entrer ensuite dans une phase commerciale.» InVoli compte aujourd’hui quatre employés et en recrute trois supplémentaires.

Fort de sa progression fulgurante, InVoli tient à se développer dans la toute la Suisse d’abord, puisque le pays est considéré comme «Capitale du drone». À cet effet, l’entreprise a déjà noué un contact avec des contrôleurs du trafic aérien. D’après Emanuele Lubrano, la solution d’InVoli a suscité l’intérêt, mais pour l’heure, l’entreprise doit «d’abord présenter un concept abouti» avant d’entamer les détails d’une possible collaboration.

Un second tour d’investissement en automne 2018

Cependant, l’entreprise a l’ambition d’être l’élément manquant pour la démocratisation des drones commerciaux dans le monde, et souhaite à terme intégrer d’autres marchés. «Notre volonté est que notre solution soit disponible sur tous les marchés important du drone (ndlr: Suisse, Etats-Unis, France, Allemagne, Italie). Nous voulons devenir la solution qui permettra aux drones commerciaux de s’établir véritablement dans nos sociétés.» Le CEO Emanuele Lubrano s’est envolé en mars pour la Silicon Valley à la rencontre d’investisseurs, sa société étant lauréate d’un concours organisé par VentureLabs (lire L’Agefi du 9 février 2018). Ainsi, InVoli a fait partie des dix start-up suisses sélectionnées par un jury d’investisseurs, parmi plus de 110 candidats, pour constituer la nouvelle équipe nationale de start-up Venture Leaders Technology 2018. Cette délégation, issue d’une grande variété de secteurs, a repré-senté la Suisse en tant que «nation deep tech».

Cependant, l’entrepreneur avait effectué un voyage similaire près de San Francisco l’automne passé. Son entreprise s’était en effet distinguée durant le concours Start-Up Challenge de Swisscom.

«Après avoir gagné le Swisscom StartUp Challenge en 2017 (sous le nom OneSky), nous sommes en effet allés dans la Silicon Valley. Le retour qu’on a eu lors de ce premier voyage nous a permis de donner à notre business une direction plus concrète. Nous avons hâte d’y retourner et nous espérons que les leçons que nous avons apprises vont nous amener plus loin. Un voyage dans la Silicon Valley est une immense opportunité pour faire grandir notre réseau pour permettre le développement de notre entreprise. C’est aussi une opportunité de se mettre au jour avec toutes tendances start-up, business et technologies, et explorer les nouveau-tés. C’est une opportunité de rencontrer des investisseurs et futurs clients. Nous recherchons en effet toutes les possibilités pour commencer nos activités aux États-Unis.»

D’ailleurs, pour la fin d’année 2018, InVoli prépare une seconde levée de fonds de 4 millions de francs. Un montant destiné à entrer véritablement sur le marché, dès 2019. 






 
 

AGEFI




...