Douze administrateurs de Raiffeisen sous le feu des critiques de la Finma

jeudi, 14.06.2018

Durant la période considérée par la procédure de la Finma, douze administrateurs de la Raiffeisen sont mis en cause. La plupart ont déjà renoncé à leur poste ou sont sur le départ.

Début mars, M. Rüegg-Stürm a remis sa démission avec effet immédiat. (keystone)

Tancé par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, le conseil d'administration de Raiffeisen compte douze personnes ayant exercé un mandat entre 2012 et 2015. La Finma a estimé que l'organe de surveillance a failli à sa tâche, en particulier celle de contrôler l'activité déployée alors par le directeur général du 3e groupe bancaire helvétique, Pierin Vincenz.

Durant la période considérée par la procédure de la Finma, Johannes Rüegg-Stürm, professeur de gestion à l'Université de St-Gall, a présidé le conseil d'administration de Raiffeisen. Dans l'exercice de son mandat présidentiel, M. Rüegg-Stürm a également présidé les comités stratégiques et de rémunération du conseil d'administration.

Ce dernier a notamment comme mission de contrôler les activités exercées par les membres de la direction générale pour leur propre compte. Début mars, M. Rüegg-Stürm a remis sa démission avec effet immédiat.

Parmi les personnalités les plus connues de l'organe de surveillance de Raiffeisen entre 2012 et 2015 figurait également Rita Fuhrer, ancienne conseillère d'Etat du canton de Zurich et candidate à l'élection au Conseil fédéral pour son parti, l'UDC.

L'organe de surveillance de l'Union suisse des banques Raiffeisen comptait également comme membres l'avocat et notaire tessinois Angelo Jelmini, conseiller municipal de la ville de Lugano ainsi que les entrepreneurs Oliver Roussy, Werner Zollinger et Anne-Claude Luisier.

Par ailleurs Philippe Moeschinger, un spécialiste de l'immobilier, Edgar Wohlhauser, réviseur comptable, Franco Taisch, un professeur de droit, Urs Schneider, membre de la direction de l'Union suisse des paysans, ainsi que Daniel Lüscher et Christian Spring, tous deux directeurs de filiales de Raiffeisen étaient également des membres du conseil entre 2012 et 2015.

Sur ces douze administrateurs, trois, à savoir, outre M. Rüegg-Stürm, Anne-Claude Luisier et Christian Spring ont déjà renoncé. Lors de la prochaine assemblée des délégués, samedi, Franco Taisch, Edgar Wohlhauser et Werner Zollinger ne solliciteront pas de nouveau mandat. Cinq autres départs sont en outre annoncés, soit ceux de Daniel Lüscher et Urs Schneider, lors de l'assemblé extraordinaire des délégués de cet automne, de Rita Fuhrer et Philippe Moeschinger lors de l'assemblée des délégués de juin 2019 et enfin de Angelo Jelmini en juin 2020.

Seul Oliver Roussy, qui siège lui depuis 2014, devrait conserver son mandat. L'actuel président du conseil d'administration, Pascal Gantenbein, qui assure l'intérim depuis la démission de M. Rüegg-Stürm, a rejoint l'organe de surveillance l'an dernier. Samedi, les délégués devront aussi avalisé les nominations de deux nouveaux administrateurs, soit le réviseur comptable et expert bancaire Rolf Walker et l'entrepreneur Thomas Rauber. (awp)






 
 

AGEFI



...