Les PME romandes ont une méconnaissance du cyber-risque

jeudi, 11.05.2017

DFI, opérateur télécom genevois et acteur dans la sécurité de l’information, alerte les entrepreneurs, qui sont 77% à ne pas être conscients des risques

Elsa Floret

Le SOC (Security Operation Center) de DFI surveille environ 10.000 machines pour un total d’environ 80 millions d’évènements

Malgré la multiplicité des attaques informatiques, les entrepreneurs n’ont pas pris la mesure de l’ampleur des cyber-risques. C’est le constat de Thierry Blanc, directeur de la gouvernance chez DFI, opérateur télécom et acteur en sécurité de l’information depuis 30 ans à Genève.

Fait confirmé par les récentes statistiques selon lesquelles 77 % d’entre eux ne sont pas conscients des risques et ne mettent pas en place les outils de protection, selon NTT group company.
En Suisse, à la loi fédérale sur la protection des données (OCPD), va s’ajouter la loi européenne (GDPR), en vigueur en mai 2018. A cette date, les entrepreneurs devront donc être tous être certifiés. Or, seuls 5 % le sont aujourd’hui.
Dans l'édition de vendredi, lire l'interview complète de Thierry Blanc, directeur de gouvernance de DFI Service, qui compte quelque 4000 clients composés majoritairement de PME, mais aussi de grands comptes.


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...