La Suisse a désormais son centre de recherche aéronautique

vendredi, 30.06.2017

Deux projets d'étude ont immédiatement été lancés: un sur la surveillance des drones, un autre sur les interférences entre éoliennes et trafic aérien.

Près de 100.000 drones sont utilisés aujourd'hui en Suisse. Un nombre qui va connaître une importante progression à l'avenir. (Keystone)

Les milieux de l'aviation et de la science ont créé vendredi le Centre suisse de recherche en aéronautique. Ce dernier a aussitôt décidé de lancer deux projets d'étude: un sur la surveillance des drones, un autre sur les interférences entre éoliennes et trafic aérien.
Près de 100.000 drones sont utilisés aujourd'hui en Suisse. Un nombre qui va connaître une forte progression à l'avenir, a affirmé le Centre suisse de recherche en aéronautique (ARCS) vendredi.
Si, actuellement, les pilotes doivent avoir un contact visuel avec leur engin pour pouvoir l'utiliser, tel ne sera plus le cas dans le futur. Il faut donc trouver comment assurer la navigation et la surveillance du trafic de drones, comme c'est le cas pour le trafic aérien, note l'ARCS.
La technologie mobile de demain, celle de la 5G, pourrait notamment être utilisée. L'étude lancée doit analyser le potentiel et les limites des réseaux mobiles pour la surveillance des drones. Un réseau de communication capable de garantir une bonne circulation et, avant tout, la sécurité pour l'identification, la navigation et la surveillance des drones, est en effet nécessaire, selon l'ARCS.
L'étude relative aux turbines éoliennes doit quant à elle définir la faisabilité d'un outil permettant d'évaluer les gênes qu'elles occasionnent. Des interférences entravant la navigation aérienne peuvent en effet se créer entre ces turbines et les installations de navigation de Skyguide, ce qui oblige aujourd'hui à limiter le potentiel de l'énergie éolienne sur le petit territoire que représente la Suisse, écrit l'ARCS.
Ces deux premiers projets ont reçu le feu vert vendredi du Conseil d'innovation d'ARCS, présidé par le directeur général de Genève Aéroport André Schneider. Celui axé sur les drones s'achèvera en été 2018, celui portant sur les éoliennes nécessitera une étude préliminaire qui sera effectuée ces prochains mois, précise l'ARCS dans son communiqué.

Ouvert à d'autres

C'est parce que la Suisse ne possédait pas de centre de compétence national de recherche en aéronautique, contrairement à d'autres pays européens, que le Conseil fédéral a décidé l'an dernier de combler cette lacune. Ainsi les départements spécialisés dans l'aviation de la Haute école zurichoise des sciences appliquées et de l'Université de St-Gall de même que la chaire de Management of Network Industries de l'EPFL ont fondé l'Aviation Research Center Switzerland (ARCS).
L'ARCS est ouvert à d'autres hautes écoles et universités pouvant fournir une contribution scientifique, précise-t-il. Son objectif est de renforcer la position de la Suisse en tant que lieu de recherche innovant, en encourageant les innovations dans le domaine de l'aviation et en effectuant à cette fin des projets de recherche et de développement, tout en collaborant étroitement avec l'industrie aéronautique et l'Office fédéral de l'aviation civile. – (awp)


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01
 


...