Facebook: Spotify et Netflix ont eu accès aux messages privés

mercredi, 19.12.2018

Des géants du web ont obtenu des accès privilégiés aux données des utilisateurs de Facebook, selon une enquête du New York Times.

SG

Mark Zuckerberg doit faire face à un nouveau scandale impliquant l'utilisation des données personnelles des utilisateurs de son réseau social. (Keystone)

Après Cambridge Analytica, Facebook fait face à un nouveau scandale. Selon une enquête du New York Times, publiée mardi, le réseau social de Mark Zuckerberg aurait partagé les données de ses utilisateurs avec des grandes entreprises, telles que Spotify, Netflix, Microsoft, Yahoo, Apple ou encore Amazon.

>> Lire aussi:Les scandales qui empoisonnent Facebook

Le quotidien américain a eu accès à plus de 200 pages de documents internes. Il en ressort que Facebook a négocié des accords avec plus de 150 entreprises pour un accès aux données de ses utilisateurs. Spotify, Netflix, Microsoft et Yahoo bénéficiaient de conditions plus avantageuses que d'autres entreprises exploitant les informations des utilisateurs de Facebook.

Accès aux messages et aux publications 

Selon le New York Times, Spotify et Netflix auraient eu accès aux messages privés de certains internautes. Interrogé par le Times, Netflix a démenti: "Nous n'avons jamais pu lire les messages privés des utilisateurs sur Facebook, et nous n'avons jamais demandé un tel pouvoir."

Bing, le moteur de recherche de Microsoft, a pu consulter le nom des amis Facebook d’un utilisateur en particulier. Tandis que Yahoo! pouvait accéder à des publications d’amis sur le réseau social et qu’Apple a obtenu des données relatives à des événements Facebook.

Des fonctionnalités qui entraînent le partage de données

Certains de ces partenariats étaient encore actifs en début d’année, mais la plupart ont aujourd’hui cessé, précise le Times. A travers ces partenariats Facebook voulait augmenter le nombre de ses adeptes. Les géants d’internet en tiraient quant à eux profit pour mieux connaître les habitudes des internautes et cibler leurs services.

>> Lire aussi: Malgré le scandale, Facebook reste une vitrine de choix pour les entreprises

L’accès était autorisé lorsque les utilisateurs de Facebook se connectaient au réseau social via un autre service. Il existe de nombreuses fonctionnalités sur le web qui permettent de lier Facebook à d’autres services. Pour se connecter à Spotify, par exemple, il est possible d’utiliser ses identifiants Facebook plutôt que de se créer un compte à part. Si de nombreux internautes utilisent ces fonctionnalités, beaucoup ignorent qu’elles entraînent le partage de leurs données personnelles.

Facebook réagit

A la suite de la publication de l’enquête, Facebook a assuré via un communiqué qu’"aucun de ses partenariats n’a été signé au détriment du consentement des utilisateurs et qu’ils ne violent pas le décret signé en 2012 avec la FTC (réd: l’agence gouvernementale américaine chargée de faire respecter le droit des consommateurs)".

"Ces partenariats nous ont permis de faire deux choses. D'abord, permettre à nos utilisateurs d'utiliser leurs comptes pour accéder à certaines fonctionnalités de Facebook sur des services ou appareils développés par des entreprises comme Apple, Amazon, Blackberry ou Yahoo. Nous les qualifions de partenaires d'intégration. Mais ces partenariats ont aussi permis des expériences plus sociales - comme le fait de voir des recommandations par des amis Facebook - sur d'autres applications populaires, comme Netflix, le New York Times, Pandora et Spotify", précise le réseau social.






 
 

AGEFI



...