Dérisoires devins ostentatoires

jeudi, 23.07.2020

Pécub

Sur le versant occidental du Mont Parnasse, il y a plus de 2000 ans, le Temple d’Apollon. En son sein la Pythie, l’Oracle de Delphes. Ses sombres, effrayantes, ténébreuses, apocalyptiques, fantastiques prophéties, toutes en poésie, fascinaient les habitants de la cité. Oracle, réponse donnée par un Dieu à une question humaine. Quel sera notre futur ? Conseils sages et perspicaces, prédictions prophétiques, précognitions inspirées. Savoir aujourd’hui ce qu’il adviendra demain, et après-demain. Nous voilà rassurés. L’Oracle de Delphes est au commencement de la vie philosophique de Socrate, la Pythie a dit de lui qu’il était le plus sage des hommes. Le sage, celui qui sait qu’il ne sait pas, et qu’il fait savoir à ceux qui se croient sages qu’ils ne savent pas non plus.

La pire ignorance, c’est de s’imaginer savoir ce que l’on ne sait pas. Aveu d’ignorance, nous sommes en 399 avant J.-C., à Athènes Socrate se défend devant le Tribunal qui veut le condamner à mort en raison d’une plainte qui l’accuse de travailler irrespectueusement à scruter les choses qui sont sous terre et celles qui sont dans le ciel. Nous sommes en 2020, des sages reconnus nous disent à la télévision qu’ils ne savent pas. Foutaises pense la foule, ils savent mais ils ne veulent pas nous faire savoir. Ils craignent notre réaction, du moins ils la préjugent arbitrairement. De quelle autorité ? Nous sommes en 2021, au fait des actualités, visiblement ils savaient ou ne savaient pas. Comment vivre l’ignorance sans les vertiges de la peur du vide ? L’angoisse pathologique chronique d’une fin annoncée ?

Prométhée, le prévoyant, le transmetteur de feu, il a dérobé le feu sacré de l’Olympe immortelle pour en faire don aux humains mortels. Tout va bien. Le feu divin dans la grotte de Platon projette les silhouettes floues sur les parois de la caverne, les humains enchainés à leurs préjugés, ne voient des réalités qu’ombre et poussière. Le monde de l’opinion, la difficulté des hommes d’atteindre la connaissance et surtout de la partager. Le vrai s’oppose à l’erreur, à l’illusion. Le lien entre les hommes, affirmation du Platon de la caverne, c’est l’ignorance. Ignoré le monde extérieur de la connaissance, la vérité se lit sur les écrans de télévision. C’est vrai, je l’ai vu à la télé.

Nous sommes aujourd’hui. Prophéties, augures, divinations, pronostics, oracles et Pythies offrent en guise de réponses à nos questions sur les choses de la vie, une opinion dominante et sa légifération.  Une infinité de règles à suivre sans discussion. Sous peine de sanctions. Puisse le feu virtuel du 1er août, vanité de l’espérance, libérer notre esprit de la grotte autoritaire.






 
 

AGEFI



...