Vive croissance pour Zurich Insurance en 2019

jeudi, 13.02.2020

Dépassant tous les objectifs fixés, Zurich Insurance a vu son bénéfice net bondir de 12% au regard de 2018 à 4,15 milliards de dollars, un niveau inédit depuis 2010.

Tous les objectifs financiers fixés pour la période ont été dépassés.(Keystone)

Zurich Insurance a affiché une vigoureuse croissance l'an dernier. Dépassant tous les objectifs fixés, l'assureur zurichois, qui a tiré profit de la bonne tenue des marchés financiers et d'un taux des sinistres moindres, a vu son bénéfice net bondir de 12% au regard de 2018 à 4,15 milliards de dollars (4,05 milliards de francs), un niveau inédit depuis 2010.

Le résultat opérationnel (BOP) a lui progressé de 16% à 5,3 milliards de dollars, a indiqué jeudi l'assureur établi à Zurich.

La performance de l'assureur des bords de la Limmat s'est révélée supérieure aux attentes des analystes, à tout le moins en matière de bénéfice net et de résultat opérationnel.

Sondés par AWP, les experts avaient anticipé des montants moyens de 3,99 milliards de dollars pour le premier et de 5,27 milliards pour le second.

Alors que Zurich Insurance proposera à ses actionnaires de leur verser un toujours généreux dividende de 20 francs par action au titre de l'exercice sous revue, soit 1 franc de plus que l'an dernier, ce montant s'est inscrit à peine en-deçà des attentes des analystes. Ceux-ci tablaient sur un versement moyen de 20,19 francs par titre.

Bonne tenue des affaires dommages

Dans l'assurance dommages et accidents, les entrées de primes brutes ont crû de 2% à 34,18 milliards de dollars (33,10 milliards de francs), écrit jeudi Zurich Insurance. Sur une base comparable, soit ajustée des effets de change et des acquisitions, la croissance s'est fixée à 6%. S'appuyant aussi sur la bonne performance des placements, le résultat opérationnel (BOP) du segment s'est pour sa part hissé à 2,88 milliards, un montant supérieur de 38% (+46% sur une base comparable) à celui dégagé douze mois auparavant.

Indicateur de référence de la branche, le ratio combiné des affaires dommages s'est amélioré à 96,4%, contre 97,8% en 2018. Un niveau inférieur à 100% de ce taux, qui mesure le rapport entre les charges de sinistres et les frais généraux d'une part et les primes d'autre part, indique qu'un assureur est techniquement rentable.

Dans son communiqué, Zurich Insurance explique avoir tiré profit l'an dernier d'une volatilité moindre et d'une rentabilité accrue, à la faveur d'une sinistralité moindre au regard de 2018, malgré l'ouragan Dorian aux Etats-Unis, les incendies en Californie et en Australie et les typhons au Japon. Les affaires dommages ont aussi bénéficié des hausses tarifaires de 4% ainsi que des réductions de coûts.

Dans l'assurance vie, les primes brutes ont stagné à 33,48 milliards de dollars, reflet de la bonne tenue des affaires en Europe et en Amérique latine. Sur une base comparable, elles ont crû de 4%. Le résultat opérationnel s'est en revanche contracté de 4% à 1,49 milliard, souffrant d'un effet de base au regard de la bonne performance réalisée en 2018.

Mesures d'économies

L'activité de gestion pour le compte de l'assureur mutualiste américain Farmers s'est aussi révélée profitable pour Zurich Insurance, le résultat d'exploitation de ce segment s'étoffant de 4% à 1,71 milliard de dollars. Les placements de l'ensemble du groupe, qui figure au rang des plus importants assureurs de la planète, ont eux bondi de 18% à 7,4 milliards, illustrant l'évolution favorable des marchés financiers.

Les résultats confirment que Zurich a mis en oeuvre ses plans avec succès au cours des trois dernières années, a souligné son directeur général, Mario Greco, cité dans le communiqué.

Tous les objectifs financiers fixés pour la période ont été dépassés. "Nous sommes donc bien placés pour atteindre les nouveaux objectifs ambitieux que nous nous sommes fixés pour les trois prochaines années", a poursuivi l'Italien.

Partie des objectifs stratégiques de l'assureur achevés l'an dernier, les mesures d'économies se sont montées à 1,56 milliard de dollars, une somme supérieure à celle de 1,5 milliard fixée initialement. L'assureur a notamment économisé en simplifiant ses infrastructures informatiques. Durant la période de trois ans, les entrées de fonds se sont hissées à près de 11 milliards, largement au-delà des 9,5 milliards visés.

Pour l'actuel cycle triennal, Zurich vise un rendement des capitaux au niveau du résultat opérationnel dépassant 14%, contre au moins 12% auparavant. L'an dernier, cette valeur a atteint 14,2%. En matière de dividendes, Zurich table sur un versement minimal de 20 francs par action.

Ces trois prochaines années, Zurich entend tout particulièrement cibler les affaires avec la clientèle privée et les PME, a précisé devant la presse M. Greco. Les initiatives déjà lancées à cet effet ont porté leurs premiers fruits et le potentiel de croissance laisse entrevoir des marges intéressantes, a-t-il noté.

Dénuée de toute surprise, la performance a été saluée par les investisseurs. Vers 11h25 à la Bourse suisse, le titre Zurich progressait de 0,47% à 423,30 francs, prenant la tête de l'indice des valeurs vedettes SMI qui lâchait 0,51%.(awp)






 
 

AGEFI




...