Nostradamus, la relève de Lagarde

dimanche, 16.02.2020

De quoi faut-il s’inquiéter ? De rien, ici en Suisse tout va à-peu-près bien. Nos élites sont alertes. Nos esprits inventifs capitalisés. Nos marchands de sécurité surbookés...

Pécub

La réalité dernière nous propose des craintes, des peurs, des misères. Les business plans, au vu des mauvaises actualités sont à reconsidérer. Le captage des ressources préoccupe autant que leur allocation. Le mode dégradé devient normalité. La désespérance un art premier. Et pourtant, le soleil continue de briller, la terre de tourner, le travail de fatiguer, les factures d’augmenter. De quoi faut-il s’inquiéter ? De rien, ici en Suisse tout va à-peu-près bien. Nos élites sont alertes. Nos esprits inventifs capitalisés. Nos marchands de sécurité surbookés. Nos alarmistes et nos pessimistes écoutés. Autour de la table à palabre, toutes les voix on loisir de s’exprimer. La Suisse doit prendre ses responsabilités. C’est quoi l’idée ?

Un endroit où les valeurs gardent leur valeur. Un endroit où les médicaments sont fabriqués avec une qualité sans faille. Un endroit où l’air est respirable l’eau buvable, les carottes goûteuses, le chocolat délicieux. Les banquiers généreux et incorruptibles. Les horlogers toujours en avance d’une complication. Un endroit où le monde entier rêve de pouvoir s’installer. Le monde entier sait que cet endroit existe. Sauf peut-être les Suisses eux-mêmes. Entre l’incendie de la Cathédrale Notre Dame de Paris, Napoléon et sa retraite de Russie, la quatrième guerre nucléaire et le retour des mammouths, Nostradamus parlait de l’Helvétie, de ses vignes à la lavande, de ses Gardes du Pape et de sa qualité de vie. Le secret étant de mise, on ne sait pas exactement dans quel coffre fructifient ses placements.

La Suisse sanctuaire de la planète terre. Esprits chagrins s’abstenir. La Banque Centrale Européenne et la Banque Nationale se parlent et s’écoutent. L’Amérique, l’Inde, la Chine comptent sur la Suisse pour arrondir les angles géostratégiques. Tous les feux passent au vert, les transitions durables s’accélèrent. A Genève les 4x4 restent au garage et les arbres poussent sur les toits. A Renens-près-Lausanne les jugements font le pari de la jeunesse. A Fribourg les poissons reprennent goût à la Sarine. A Locarno la Piazza est sempre più Grande. La prophétie de Michel de Notre Dame qui met en garde, en l’a vingt-vingt, le Franc Suisse sera à un EURO.






 
 

AGEFI




...