De grandes différences persistent dans la charge fiscale

mercredi, 11.07.2018

La charge fiscale dans les capitales cantonales n'a presque pas évolué l'année passée et les inégalités persistent.

Zoug reste de loin le chef-lieu le moins cher. (keystone)

Un célibataire avec un salaire de 80'000 francs ne paie que 3600 francs d'impôts à Zoug. A Neuchâtel, il devra verser 12'700 francs, soit près du triple.

La charge fiscale dans les capitales cantonales n'a presque pas évolué l'année passée. Tout comme la majorité des tarifs, selon les chiffres publiés mercredi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Zoug reste de loin le chef-lieu le moins cher. En 2017, la charge fiscale pour un célibataire avec un salaire de 80'000 francs représentait 4,5% du revenu. Le fisc de Schwyz, Appenzell (AI), Sarnen (OW) et de Zurich s'est également montré miséricordieux avec des taux de 9 à 9,5%.

Cela représente une économie d'environ 5000 francs par rapport à Neuchâtel, en tête du classement des capitales les plus chères. Delémont monte sur la deuxième place du podium avec un taux de 14,9% de charges pour le même salaire. Suivent Lausanne (14,7%), Soleure (14,5%), St-Gall (14,3%) et Berne (14,2%).

Familles avec enfants

A l'arrivée des enfants, la charge fiscale diminue fortement. Mais les grandes différences restent. Pour un couple avec deux enfants et le même salaire, Soleure (6,4%) dépasse de peu l'enfer fiscal de Neuchâtel (6,3%).

Les différences sont également marquantes pour les familles. A Sarnen, un couple marié avec deux enfants et 80'000 francs de revenu ne paie que 96 francs de moins qu'un couple marié sans enfants. Alors qu'à Delémont, il paiera 3760 francs de moins, soit 48,6%. (ats)






 
 

AGEFI



...